lundi, 5 décembre 2022

L’Espagne déclare que les livreurs font partie du personnel, une première dans l’UE

Le gouvernement espagnol a annoncé jeudi un accord qui reconnaîtra les livreurs travaillant pour des entreprises de livraison telles que Deliveroo et UberEats comme salariés suite à des plaintes concernant leurs conditions de travail – une première dans l’UE.

Cette décision est intervenue six mois après que le gouvernement de gauche espagnol s’est engagé à clarifier le statut juridique des livreurs travaillant pour des entreprises de livraison en ligne, affirmant qu’ils devraient être considérés comme des employés plutôt que comme des travailleurs « gig ».

Il frappera au cœur de la soi-disant économie des petits boulots, qui repose sur des centaines de milliers de travailleurs indépendants pour des services basés sur des applications tels que la livraison de nourriture ou des trajets en voiture.

L’accord du gouvernement avec les syndicats espagnols établit la première législation en qui réglemente explicitement le statut des livreurs qui se déplacent à vélo et à moto et dont le nombre a explosé ces dernières années.

En Espagne, comme dans d’autres pays, les livreurs ont dénoncé à plusieurs reprises leurs conditions de travail précaires, engageant une action en justice pour exiger une reconnaissance en tant que personnel salarié, ce qui leur accorderait des avantages tels que les congés payés et les congés maladie.

« Ils sont désormais considérés comme des travailleurs salariés et bénéficieront de toutes les protections nécessaires », a déclaré la ministre du Travail Yolanda Diaz dans un discours télévisé.

L’Espagne est « le premier pays de l’Union européenne à légiférer en la matière », a déclaré Diaz.

Les entreprises de livraison ont insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’elles n’agissaient que comme un intermédiaire entre les entreprises et les livreurs, qui seraient des indépendants et doivent payer leurs propres cotisations de santé et de retraite.

Le texte, qui prendra la forme d’un décret législatif qui n’aura pas besoin d’être voté par le parlement, « reconnaît la présomption d’emploi pour les travailleurs qui fournissent des services de livraison rémunérés » via de telles entreprises numériques, selon un communiqué du ministère.

Il devrait être approuvé par le cabinet et être inscrit dès la semaine prochaine.

Cristobal Ospina, un livreur salarié de 26 ans pour la plate-forme espagnole Mensos, a déclaré que le plus grand avantage d’être membre du personnel était la «stabilité» de savoir que vous travaillerez un nombre fixe d’heures chaque semaine.

« Ce ne sera pas par hasard », a-t-il déclaré à l’AFP à Madrid.

Mais d’autres livreurs comme Cristina Ausin, 24 ans, craignaient de perdre leur souplesse d’emploi. Elle a dit qu’elle souffrait d’une maladie chronique qui l’empêchait de s’engager à respecter un horaire fixe.

« Avec ces applis, je me déconnecte quand j’en ai besoin et c’est tout, je n’ai pas à m’expliquer à personne. Désormais, avec un contact fixe, je dois demander un congé maladie. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici