vendredi, 30 juillet 2021

1,2 milliard de tonnes de nourriture perdues dans les seules fermes, plus que jamais imaginé

L’intention de réduire de moitié le gaspillage alimentaire international post-vente est insuffisant, avertit le WWF, car il ne prend pas en compte la quantité importante de déchets alimentaires produits à l’avance.

Le problème avec de nombreuses mesures des pertes alimentaires et du gaspillage alimentaire est qu' »[ils] ne commencent qu’après la récolte ou le massacre », déclare Pete Pearson, responsable mondial des efforts de perte et de gaspillage alimentaires, WWF. Il donne comme exemple l’indice des pertes alimentaires de la FAO (préparé par The Food and Agriculture Company of the United Nations).

Pearson informe TRT World dans un e-mail qu’il y a 3 phases des pertes et gaspillages alimentaires dans les exploitations : avant la récolte ou l’abattage, pendant ou autour de la récolte et de l’abattage, et après la récolte et l’abattage. Les fermes, déclare-t-il, restent en grande partie « un point chaud négligé de gaspillage alimentaire. »

Le rapport Driven to Waste, préparé par le WWF et le détaillant britannique Tesco, estime le montant total de nourriture perdue dans les fermes à un « incroyable 1,2 milliard de tonnes », soit le poids de 10 millions de rorquals bleus. Selon le rapport, c’est « considérablement plus que les 931 millions de tonnes gaspillées dans la vente au détail, la restauration et les ménages, et assez pour nourrir quatre fois plus de 870 millions de personnes sous-alimentées dans le monde ». Selon Pearson, plus de la moitié de la nourriture perdue dans les exploitations agricoles vient pendant et autour des récoltes et n’est pas prise en compte dans de nombreuses autres cotations de prix : photo de l’ampleur des pertes et des déchets alimentaires de la ferme à l’assiette et peut identifier les actions les plus essentielles à prendre pour les personnes, le climat et la nature. »

Le terme «perte alimentaire» est fréquemment utilisé pour désigner l’agriculture production qui est perdue accidentellement en raison de « une série d’aspects comprenant les conditions du marché, les mauvaises installations, les mauvaises pratiques agricoles, les insectes, les maladies, les catastrophes naturelles et les conditions météorologiques ». Pourtant, souligne Pearson, le « gaspillage alimentaire » est généralement considéré comme étant provoqué par « une négligence ou une décision réfléchie de jeter des aliments, généralement au stade de la vente au détail ou de la consommation ». égaré si cela implique qu’une grande partie des pertes et gaspillages alimentaires survenant aux premiers stades de la chaîne d’approvisionnement ne sont pas dus à un choix ou à une erreur humaine. « Les résultats de Driven to Waste mettent en évidence qu’il existe une multitude d’aspects humains (choix conscients ou autres) qui entraînent le gaspillage alimentaire au niveau de la ferme et ailleurs dans la chaîne d’approvisionnement. »

Pearson pense que la chose la plus essentielle est que nous fixions des objectifs « pour réduire de moitié les pertes et gaspillages alimentaires tout au long de la chaîne d’approvisionnement, pas simplement au stade de la vente au détail ». Il explique comment les déchets alimentaires sont perçus comme des aliments qui sont jetés au point de consommation, dans le commerce de détail ou dans les maisons (« pour des raisons telles que le dépassement des dates de péremption, le non-respect des normes esthétiques, ou simplement parce que des individus ont effectivement acheté ou préparé trop »).

Il déclare que d’autres pertes se produisent tout au long de la procédure de plantation et de récolte (souvent à cause d’éléments incontrôlables comme des conditions météorologiques extrêmes ou des insectes, mais également en raison de facteurs de marché), le stockage, le transport et le traitement. Finalement, il souligne qu' »il y a diverses actions nécessaires à chaque phase de la chaîne d’approvisionnement, mais les interventions humaines délibérées peuvent avoir un effet de la ferme à l’assiette. »

Le Conduit au gaspillage le rapport note que la nourriture est perdue dans les fermes pour diverses raisons, y compris des éléments gérables et des choix humains. Pearson dit qu’en plus des automobilistes directs de la perte et du gaspillage de nourriture, il existe également des automobilistes systémiques indirects de la chaîne d’approvisionnement alimentaire au sens large, de la gouvernance et des facteurs culturels. Il donne comme exemple les agriculteurs incapables de gérer la formation ou les innovations à la ferme pour réduire les déchets en raison de l’équilibre du pouvoir asymétrique dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, « qui laisse les agriculteurs incapables de négocier des prix équitables et sur la base d’annulations de dernière minute qui peuvent signifier les agriculteurs ne peuvent pas se permettre de collecter les excédents de nourriture. »

Pearson insiste sur le fait que les politiques actuelles ne sont « pas suffisamment ambitieuses » pour réduire les déchets car les agriculteurs ayant simplement accès à la technologie et à la formation sont inadéquats —-  » les décisions prises plus bas dans la chaîne d’approvisionnement par organisation et les gouvernements fédéraux ont un impact substantiel sur les niveaux de nourriture perdue ou gaspillée dans les fermes. »

Afin d’obtenir une diminution significative, déclare-t-il, les agriculteurs devraient être soutenus par les gouvernements fédéraux à l’échelle nationale et les stars du marché à travers le monde, qui devraient « s’engager à réduire de moitié le gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement ». « 

Le rapport traite de l’ODD 12.3 (Objectif de développement durable 12.3) de la FAO « qui, en 2015, a fixé l’objectif de réduire de moitié le gaspillage alimentaire international par habitant après la vente au détail d’ici 2030 et d’atteindre une réduction des pertes avant la vente au détail ». Pearson dit que l’ODD 12.3 semble se concentrer davantage sur le gaspillage alimentaire de la vente au détail et des consommateurs en fixant un objectif de réduction de 50 %, tout en ne fixant pas d’objectif spécifique dans les premières étapes de la chaîne d’approvisionnement, « appelant seulement [vaguement] à » minimiser « les déchets ». Il découvre qu’il fallait « fixer des objectifs enthousiastes tout au long de la chaîne d’approvisionnement, réduire de moitié toutes les pertes et gaspillages alimentaires de la ferme à l’assiette ».

En plus de poursuivre les actions existantes « comme l’amélioration de la formation et des infrastructures, ainsi que comme le développement d’interventions supplémentaires pour faire face aux menaces biologiques et environnementales pour les cultures, l’élevage et la pêche », il est nécessaire de « traiter les problèmes au sein du système alimentaire plus large ». Pearson les énumère comme « des déséquilibres de pouvoir entre les agriculteurs et les vendeurs ; des structures de marché qui maintiennent les agriculteurs séparés des consommateurs d’achèvement ; et un manque de soutien ou de politique gouvernementale pour conduire à des modifications. Cela réduit les revenus des agriculteurs et préserve le statu quo, qui perpétue le gaspillage. . »

Le plan d’action conseillé par Pearson est d’inclure plusieurs parties prenantes. Il pense qu’en plus d’acheter de l’innovation, de la formation et des installations, des solutions plus holistiques sont nécessaires : « les ONG et les organisations multilatérales, les stars du marché et de la chaîne d’approvisionnement, les gouvernements et les citoyens peuvent tous contribuer à lutter contre les automobilistes directs du gaspillage alimentaire dans les fermes. . »

Image miniature : Un élevage de poulets à l’intérieur. Photo de David Tadevosian/ WWF.

Image de titre : Une porte vers un pâturage dans l’archipel de Gryt, en Suède. Photo de Germund Sellgren/ WWF-Suède

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici