mardi, 6 décembre 2022

Bataille d’oranges : Des tonnes de fruits sud-africains bloqués dans les ports européens

Des millions de boîtes d’oranges se sont effondrées dans des conteneurs bloqués dans les ports européens alors que l’Afrique du Sud et l’Union européenne s’affrontent dans un désaccord sur les directives d’importation.

L’Afrique du Sud, deuxième exportateur mondial d’agrumes frais après l’Espagne, a déposé un grief auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) le mois dernier après que l’UE a introduit de toutes nouvelles exigences en matière de sécurité sanitaire et phytosanitaire que les producteurs d’oranges déclarent menacent leur survie.

Les mesures sont entrées en vigueur en juillet alors que les navires étaient déjà en mer et transportent de nombreux conteneurs chargés de fruits sud-africains vers l’Europe, ce qui entraîne leur blocage à l’arrivée, a déclaré la South Africa’s Citrus Growers’ Association ( CGA) dit.

Les règles de l’UE visent à faire face à la propagation potentielle d’un organisme nuisible appelé le mauvais carpocapse, un insecte appartenant à l’Afrique subsaharienne qui mange des fruits, notamment des oranges et des pamplemousses.

Les nouvelles mesures obligent les agriculteurs sud-africains à utiliser le froid extrême traitement à toutes les oranges destinées à l’ et conservez les fruits à des niveaux de température de deux degrés Celsius (35 degrés Fahrenheit) ou moins pendant 25 jours.

La CGA déclare que cette mesure n’est pas nécessaire car le pays a actuellement son propre , un moyen plus ciblé d’éviter l’infestation.

Dans son grief à l’OMC, l’Afrique du Sud a fait valoir que les exigences de l’UE n’étaient « pas fondées sur la science », plus restrictives que nécessaire et « discriminatoires » .

Les producteurs d’agrumes sud-africains affirment que cette exigence exerce une pression supplémentaire excessive sur un marché déjà dans une situation alarmante.

« Cela va impliquer beaucoup de dépenses… et à pour le moment, c’est ce qu’aucun producteur dans le monde ne peut payer », a déclaré Hannes de Waal, qui dirige la ferme quasi centenaire Sundays River Citrus.

De Waal, dont l’entreprise produit des oranges, des clémentines et des citronniers s’étendant sur 7 000 hectares près de la ville côtière de Gqeberha, au sud-est, a déclaré que les revenus étaient déjà comprimés par le transport maritime élevé et le fert coûts d’iliser.

Les coûts de fret ont grimpé en flèche depuis que le Covid-19 a frappé, donc le taux d’engrais en raison du conflit ukrainien

Source : TRTWorld et entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici