mercredi, 28 septembre 2022

Calme au Kenya un jour après de violentes manifestations contre la déclaration présidentielle

Le Kenya est calme un jour après la déclaration du vice-président William Ruto en tant que vainqueur de l’élection gouvernementale serrée contre la figure de l’opposition de longue date Raila Odinga– un vote soigneusement observé dans ce pays d’Afrique de l’Est qui a été vital pour la stabilité locale.

Il y a eu des manifestations de partisans d’Odinga dans certaines villes lundi soir après le chaos autour de la déclaration alors qu’une majorité de commissaires électoraux ont déclaré que le processus était « non transparent ».

Ces commissaires, sélectionnés par le président Uhuru Kenyatta l’année dernière, n’ont fourni aucun détail sur leur objection abrupte après une élection largement considérée comme la plus transparente jamais organisée au Kenya.

L’homme de 77 ans- le vieil Odinga, qui a poursuivi la présidence pendant un quart de siècle, n’a toujours fait aucune déclaration ou regard public.

Sa campagne a en fait indiqué qu’elle peut contester la conduite des élections devant les tribunaux et dispose de 7 jours après la déclaration pour le faire. La Cour suprême aurait 2 semaines pour rendre un jugement.

Le président de la commission électorale a déclaré que Ruto avait gagné avec près de 50,5 % des voix tandis qu’Odinga avait obtenu près de 49 %.

Un groupe d’observateurs électoraux locaux publiera mardi le résultat de son décompte parallèle considéré comme un contrôle important sur le processus officiel.

Le projet d’Odinga avait anticipé triomphe après que le président sortant, dans une tournure politique, ait soutenu son ancien concurrent Odinga au lieu de son propre vice-président.

Ruto, 55 ans, a fait appel aux Kenyans en organisant l’élection sur les différences financières et non les différences ethniques qui ont longtemps marqué la politique avec des résultats souvent meurtriers.

Il s’est présenté comme un outsider issu d’humbles débuts défiant les dynasties politiques de Kenyatta et d’Odinga, dont les pères étaient le premier président et vice-président du Kenya.

Le taux de participation au vote de mardi dernier est tombé à 65% alors que les Kenyans à travers le pays de 65 millions ont révélé leur frustration face à la hausse des taux, au chômage élevé et à la corruption généralisée.

Le désormais riche Ruto lui-même a en fait traité et rejeté plusieurs revendications d’accaparement de terres et autres pots-de-vin.

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici