mardi, 9 août 2022

« Choquant et honteux » : les conflits poussent des millions d’enfants à quitter l’école

Le nombre d’enfants forcés de quitter l’école ou dont l’éducation a été interrompue dans des pays déchirés par des conflits et des crises a presque triplé en six ans pour atteindre 222 millions, selon l’ONU.

Cela représente une augmentation par rapport aux 75 millions d’enfants qui, selon les estimations, se trouvaient dans la même situation en 2016, a constaté mardi le programme Education Cannot Wait (ECW) des Nations Unies dans un nouveau rapport.

Il s’agit d’un « chiffre choquant et honteux », a déclaré la chef de l’ECW Yasmina Sherif aux journalistes, soulignant que « 222 millions de rêves » étaient anéantis par le manque d’accès à une éducation ininterrompue.

On estime que 78,2 millions d’enfants sont complètement non scolarisés en raison de conflits et d’urgences souvent prolongés ; 54 % d’entre eux sont des filles, tandis que 17 % sont des enfants handicapés, selon le rapport.

Encore près de 120 millions d’enfants vivant dans des zones sujettes aux crises fréquentent l’école, mais dans des conditions si difficiles qu’ils n’atteignent pas les compétences minimales en mathématiques ou en lecture.

D’autres enfants peuvent atteindre le niveau de compétence minimum, mais ne peuvent pas atteindre leur potentiel en raison du manque de services tels que les programmes de repas scolaires ou le soutien psychosocial pour les nombreuses personnes aux prises avec un traumatisme, a expliqué Sherif.

L’analyse a révélé que 84 % des enfants complètement non scolarisés vivaient dans des zones connaissant des crises prolongées, notamment en Afghanistan, en République démocratique du Congo, en Éthiopie et au Yémen.

Le conflit russo-ukrainien depuis le 24 février a entre-temps chassé des millions d’enfants supplémentaires de l’école.

L’estimation la plus récente indique que le conflit a touché environ 5,7 millions d’enfants d’âge scolaire, a souligné l’ECW.

Sherif s’est dit particulièrement préoccupé par la situation en Afghanistan, où les filles sont pratiquement exclues de l’enseignement secondaire depuis que les talibans ont repris le contrôle du pays en août dernier.

« Il est très important que le monde s’exprime maintenant », a-t-elle déclaré.

« Nous ne pouvons pas permettre aux filles afghanes du secondaire de ne pas retourner à l’école. »

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici