samedi, 31 juillet 2021

Colonialisme, déshumanisation et construction étatique néolibérale en Palestine

L’Autorité palestinienne perpétue le récit de la colonisation sioniste qui considère les Palestiniens comme financièrement arriérés.

Alors que les mois en cours ont connu un essor substantiel dans l’assistance mondiale pour la liberté palestinienne en action aux efforts d’Israël pour déposséder par la force les Palestiniens de leurs maisons, l’absence d’un acteur supposément important a en fait été significative.

Cet acteur, l’Autorité palestinienne (AP), a plutôt concentré ses énergies sur la répression violente des manifestations palestiniennes, en particulier celles qui ont en fait surgi en réaction à l’assassinat présumé par l’AP du militant Nizar Banat.

Bien que l’implication de l’Autorité palestinienne dans la répression de la protestation populaire palestinienne puisse en étonner certains, elle est parfaitement logique pour ceux qui connaissent l’échec de la tâche de construction de l’État que l’Autorité a cherché à poursuivre dans les décennies qui ont suivi sa création.

Construire un État néolibéral

Parmi les pierres angulaires de la tâche de renforcement de l’État de l’Autorité palestinienne se trouve un attachement aux principes financiers néolibéraux, solidifiés par la consultation du président Mahmoud Abbas d’anciens L’économiste de la mondiale Salam Fayyad comme Premier ministre en 2007.

Conformément à ces principes, l’AP s’est en fait engagée à créer des organisations qui aident à l’accumulation de capital à la fois dans les territoires qu’elle gouverne et au-delà, même – peut-être, spécifiquement – au détriment de la volonté de la société civile palestinienne et des militants de base et des quartiers.

Fayyad a peut-être démissionné de son poste de Premier ministre en 2013, mais l’AP n’a en fait pas cessé de se concentrer sur la construction néolibérale de l’État.

La lecture la plus charitable d’une telle approche de la gouvernance en Palestine recommande que les intentions de l’AP soient de démontrer que les Palestiniens peuvent s’autogouverner dans les limites de la logique économique la plus hégémonique du monde.

Cette approche et cet achat de priorités nécessitent néanmoins de subjuguer la volonté politique, le droit à l’autodétermination et la compagnie économique des Palestiniens en raison du paternalisme inhérent qu’elle requiert, en particulier lorsqu’elle est menée par une direction dont l’authenticité reste profondément suspecte.

Il perpétue également une coutume de compter sur les concepts de rationalisme financier comme prétexte et vocabulaire pour déshumaniser les Palestiniens, délégitimer leur résistance anticoloniale et plaider pour la colonisation de leur terre.

Discours historiques sur le retard financier palestinien

La colonisation et la colonisation sionistes de la Palestine dépendaient en grande partie de la perpétuation de mythes qui ont effacé l’existence des Palestiniens de leur patrie historique.

Même parmi les érudits et les propagandistes qui ont reconnu l’existence palestinienne, les récits d’arriération financière ont minimisé son importance et ont même servi de prétexte à la colonisation.

Nahla Zu’bi décrit 2 tendances principales au sein d’Israël sur l’économie de la Palestine sous le mandat britannique. Le tout premier modèle, représenté par l’historien Smiha Flapan, plaidait en faveur de l’existence de « deux « économies nationales » distinctes : une « économie capitaliste juive », qui avait la capacité de s’établir rapidement, et une « économie palestinienne conventionnelle et arriérée », qui n’a pas pu le faire, en raison de la concurrence et « d’une crise de modernisation dans le secteur arabe ».

Le 2ème modèle, représenté par le quartier des renseignements israéliens vétéran Yuval Arnon Ohana, minimise l’agence économique de la plupart des Palestiniens, au lieu de recommander que les actes de démonstration au cours de l’requis ont été incités par les élites politiques et économiques palestiniennes qui craignaient le potentiel i l’impact des migrations et des capitaux juifs sur « leur statut actuel et leurs moyens de contrôle politique et financier ».

Selon Zu’bi, cela était dû au fait qu’Ohana croyait que « le colonialisme britannique en Palestine était une force de développement » et que le capital juif « offrait aux fellahs sans emploi de grandes opportunités d’emploi » — sans tenir compte du fait que les fellahs (ouvriers agricoles palestiniens) ont été contraints au chômage en premier lieu en raison de l’expropriation des terres dont ils gagnaient leur vie.

En plus du racisme intrinsèque à de tels arguments , toute la propriété de l’économie palestinienne existant comme complètement précapitaliste à l’époque du mandat britannique est fausse ; La Palestine avait déjà été une partie vitale du système capitaliste mondial au 19ème siècle.

Comme l’AP et d’autres facilitateurs du colonialisme israélien continuent de le faire aujourd’hui, ces récits utilisent des arguments économiques racistes comme une technique de interruption de la dépossession et des dommages idéologiquement motivés que les Palestiniens ont subis et continuent de subir.

Développementalisme et déshumanisation

Aujourd’hui, les idées de retard financier et l’impuissance reste répandue dans les histoires de « établissement » de ceux qui vivent sous les directives attendues de l’Autorité palestinienne.

La présence d’ONG, par exemple, assujetties à leurs bailleurs de fonds principalement étrangers, dépolitise le sort du peuple palestinien, le rendant victime d’un scénario objectif plutôt que comme un peuple opprimé par des conditions politiquement et idéologiquement produites.

Le secteur des ONG s’est également développé parallèlement à l’engagement croissant de l’Autorité palestinienne envers le néolibéralisme. Des cycles de financement commercialisés par des stars adverses directement traitant de vérités politiques et la firme des opprimés d’idées encore plus racistes sur la victimisation pathologique et l’avancement, pas si différentes de la déshumanisation coloniale qui a notifié les missions civilisationnelles dans le passé.

À l’extérieur Dans le domaine des ONG, l’Autorité palestinienne a également tenté d’imposer un programme développementaliste visant à faire des compromis sur la résistance en échange d’un financement.

Un premier exemple de cela sous le règne de Fayyad était le Plan de réforme et de développement de la Palestine de 2007 (PRDP). Selon Sami Tayeb, ce plan et d’autres existaient pour les donateurs dans le but d’obtenir un soutien pour un État palestinien « mais juste si les Palestiniens pouvaient initialement atteindre une grande gouvernance, un développement financier et une sécurité ».

Les propositions parrainées par les , telles que le plan de paix 2020 de Donald , se sont appuyées sur cette technique, tentant de déposséder davantage et complètement les Palestiniens de leurs terres en offrant une série de récompenses économiques qui ne feraient qu’enraciner plus profondément le tentative néolibérale d’édification de l’État.

En élaborant des propositions comme le PRDP, l’Autorité palestinienne a renforcé son rôle de sous-traitant de la profession coloniale d’Israël. Il cherche à empêcher les protestations et résistances populaires, qui ne sont pas seulement perçues comme des signes de mauvaise gouvernance et de mauvaise sécurité, mais également comme un obstacle pour attirer le type d’investissements à grande échelle requis pour mener à bien les projets d’avancement qui fonctionnent comme un écran de fumée pour la privation du droit de vote de la plupart des Palestiniens.

Revenant à la violence avec laquelle l’AP a défié les manifestations populaires palestiniennes cette année, il est plus clair que jamais que l’insistance antidémocratique de l’AP à développer une économie intégrée et néolibérale comme voie à l’édification de l’État le rend si exceptionnellement déconnecté des revendications du peuple qu’il déclare représenter.

Tant et si bien qu’à une époque de soutien et de visibilité sans précédent pour la cause palestinienne, ils peuvent simplement se compter parmi les institutions qui promulguent la violence contre les individus palestiniens – prétendument au nom de la grande gouvernance et du rationalisme économique que seules l’Autorité palestinienne et les autres élites palestiniennes comprennent.

Les raisonnements néolibéraux et développementalistes qui contrôlent actuellement la politique d’Israël, des États-Unis, des puissances mondiales et régionales et de l’Autorité palestinienne elle-même suggèrent que peu de choses ont changé, quelles normes normatives les concepts de rationalisme économique continuent d’être utilisés comme prétexte pour la violence coloniale continue exercée contre les Palestiniens.

Avertissement : Les perspectives révélées par les auteurs ne reflètent pas nécessairement les opinions, les points de vue et les politiques éditoriales de TRT World.

Nous accueillons tous les pitchs et soumissions à TRT World Opinion – veuillez les envoyer par e-mail, à opinion.editorial@L’Entrepreneur.com!.?.!.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici