dimanche, 4 décembre 2022

Des civils tués dans une attaque terroriste des YPG/PKK dans le nord de la Syrie

Au moins cinq civils, dont un enfant, ont été tués dans le nord-ouest de la Syrie lors d’une frappe à la roquette par le groupe terroriste YPG/PKK, selon des informations et des témoins.

Au moins huit autres personnes ont été blessées lors de l’attaque de mardi dans le district d’Azaz.

Les terroristes du YPG/PKK ont tiré le projectile depuis la zone de Tal Rifaat qui est sous leur occupation depuis plus de six ans.

Les blessés ont été transférés dans les hôpitaux voisins.

Le groupe terroriste mène principalement des attaques depuis Manbij, Ayn Al Arab et le district de Tal Rifat dans la province d’Alep, utilisant ces zones comme bases pour ses attaques.

Séparément, trois roquettes tirées par les YPG/PKK ont visé une zone vide dans le sud-est de la Turquie, près du poste frontière de Kilis Oncupinar.

Aucune victime n’a été signalée.

« La situation est extrêmement mauvaise. Plusieurs obus sont tombés sur nous. Au moins quatre personnes ont été tuées et d’autres blessées. Le bombardement est en cours. Nous sommes impuissants », a déclaré Hasan Berekat, un habitant d’Azaz.

Ali Yunus, un autre habitant, a déclaré : Ces attaques frappent des civils. Il s’agit d’un restaurant géré par des Syriens déplacés de Saraqeb à Idlib. Quatre personnes déplacées ont perdu la vie. Tous étaient des civils. »

« Alors que nous étions dans le quartier, une explosion a ravagé ce restaurant. Nous nous sommes précipités sur les lieux de l’attaque et avons vu des cadavres et des corps sans bras ni jambes. Des volontaires de la défense civile les ont emmenés à l’hôpital », a ajouté un autre habitant.

Au cours de sa campagne de terreur de plus de 35 ans contre la Turquie, le PKK, répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, les et l’UE, a été responsable de la mort de plus de 40 000 personnes, dont des femmes, enfants et nourrissons.

Les YPG sont la branche syrienne du PKK.

Dimanche, Türkiye a lancé l’opération Claw-Sword, une campagne aérienne transfrontalière contre le groupe terroriste, qui a des cachettes à travers les frontières irakienne et syrienne où ils planifient des attaques sur le sol turc.

L’opération a eu lieu après que les terroristes ont frappé l’avenue Istiklal bondée d’Istanbul, tuant six personnes et en blessant 81 autres.

Dimanche, la Turquie a lancé l'opération Claw-Sword, une campagne aérienne transfrontalière contre le groupe terroriste, qui a des cachettes à travers les frontières irakiennes et syriennes où ils planifient des attaques sur le sol turc.

La Turquie avait conclu des accords séparés avec les et la Russie pour le retrait des éléments du YPG/PKK – à 30 kilomètres au sud de la frontière turque – lorsque les forces armées turques ont lancé leur opération Source de paix le 9 octobre 2019, en nord de la Syrie.

L’opération a été lancée pour créer une « zone de sécurité » pour le retour volontaire de dizaines de milliers de réfugiés syriens.

Huit jours après le début de l’opération Peace Spring, le vice-président américain de l’époque, Mike Pence, s’est rendu en Turquie et a promis que le groupe terroriste se retirerait à 32 kilomètres de la frontière turque.

La Russie s’est également engagée à retirer le groupe terroriste des régions de Tal Rifat et de Manbij dans le cadre de l’accord.

Mais les deux pays n’ont pas tenu leurs promesses, forçant la Türkiye à adopter des mesures pour renforcer la sécurité et combattre seule les menaces des YPG/PKK.

Depuis 2016, Ankara a lancé trois opérations antiterroristes réussies à travers sa frontière dans le nord de la Syrie pour empêcher la formation d’un corridor terroriste et permettre l’installation pacifique des résidents : Bouclier de l’Euphrate (2016), Rameau d’olivier (2018) , et Source de paix (2019).

 Source : AA

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici