mardi, 9 août 2022

Des morts alors que plusieurs explosions secouent l’Afghanistan

Une série de surtensions à travers l’Afghanistan a en fait tué au moins 10 personnes et blessé des dizaines d’autres, selon la police et les responsables des centres de santé.

Les attentats de jeudi visaient principalement la minorité musulmane chiite du pays et ont toutes les caractéristiques du groupe terroriste affilié à Daech qui opère en Asie du Sud et en Asie centrale.

Le pire des trois attentats s’est produit dans la ville du nord de Mazar-e-Sharif où au moins 10 fidèles ont été éliminés alors qu’ils s’agenouillaient pour prier, a déclaré le Dr Ghawsuddin Anwari, chef du centre de santé primaire du nord de Mazar-e-Sharif.

Encore 40 fidèles ont été blesser. Ils ont été amenés dans des ambulances et des voitures et camions personnels.

Daech a déclaré devoir mener l’attaque, selon une déclaration sur la chaîne Telegram du groupe.

L’explosion à la mosquée Sai Doken à Mazar-e-Sharif s’est produit alors que les musulmans marquaient le mois sacré du Ramadan, lorsque les gens jeûnent de l’aube au coucher du soleil.

Plus tôt jeudi dans la capitale Kaboul, une bombe en bordure de route a décollé et blessé 2 enfants. Cette bombe visait également la minorité chiite du pays, frappant dans le quartier de Dasht-e-Barchi à Kaboul, dominé par la minorité musulmane chiite d’Afghanistan.

Une troisième vague s’est produite jeudi dans la province de Kunduz, au nord, et a frappé un véhicule transportant des mécaniciens engagés par le jugement Taliban, selon Matiullah Rohani, responsable de l’information et de la culture dans la province de Kunduz.

La série d’explosions mortelles de jeudi fait suite à des mois de calme relatif en Afghanistan et après une répression contre la filiale de Daech par les dirigeants talibans du pays dans les premiers mois suivant leur arrivée au pouvoir.

La filiale de Daech, qui opère en Afghanistan depuis 2014, est considérée comme la meilleure solution aux problèmes de sécurité avec les dirigeants talibans du pays.

Après leur prise de pouvoir en août, les talibans ont lancé une vaste campagne de répression contre le quartier général de Daech dans l’est de l’Afghanistan.

Pendant ce temps, les partisans de la minorité Hazaras ont exigé un arrêt pour la meurtres. Les Hazaras, qui représentent environ 9 % de la population des 36 millions d’habitants de l’Afghanistan, sont les seuls à être ciblés en raison de leur culture ethnique, unique par rapport aux autres groupes ethniques, tels que les Tadjiks, les Ouzbeks et les Pachtounes. – et leur religion.

L’affilié de Daech a en fait autrefois ciblé des écoles, en particulier dans le quartier à majorité chiite de Dasht-e-Barchi.

En mai de l’année dernière, des mois avant que les talibans ne prennent le pouvoir à Kaboul, plus de 60 enfants, principalement des filles, ont été tués lorsque 2 bombes ont explosé devant leur école, également dans la région de Dasht-e-Barchi .

Dasht-e-Barchi et d’autres parties de l’ouest de Kaboul sont des maisons pour les minorités chiites d’Afghanistan qui ont en fait été principalement ciblées par les loyalistes affiliés à Daech.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici