vendredi, 13 mai 2022

Erdogan : la décision des de lever les sanctions contre les zones contrôlées par les YPG/PKK est inacceptable

Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a souligné que YPG/PKK est un groupe terroriste et qu’Ankara ne peut pas accepter le les États-Unis lèvent les sanctions contre les régions de Syrie détenues par les YPG/PKK.

« Nous n’avons pas le luxe d’ignorer les terroristes. Nous disons cela à tous les pays qui nous semblent amis », a déclaré Erdogan vendredi, les exhortant à « faire attention » à leurs actions.

Les ont délivré jeudi une licence générale pour exempter les territoires du nord de la Syrie, y compris ceux contrôlés par la branche régionale du groupe terroriste PKK, YPG, des sanctions américaines, autorisant les activités économiques là-bas.

Les YPG contrôlent toujours de vastes étendues du nord-est de la Syrie avec le soutien des États-Unis.

Le PKK est une organisation terroriste désignée en Turquie et aux États-Unis, responsable de la mort de plus de 40 000 personnes au cours de sa campagne terroriste de plus de 35 ans contre la Turquie.

Mais Washington s’est abstenu de désigner de la même manière les YPG et continue de s’associer avec eux dans la région contre le groupe terroriste Daech malgré les protestations catégoriques d’Ankara.

Cette décision est « une tentative de légitimation » du groupe terroriste, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu lors d’une conférence de presse aux côtés de Christophe Lutundula Apala, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo.

La décision « manque de critères objectifs » mais a « certains motifs », a-t-il ajouté, faisant probablement référence au soutien de longue date des au terroriste YPG/PKK, auquel Türkiye s’oppose depuis longtemps.

Cavusogu a souligné que les font de la « discrimination » sur la levée des sanctions entre les régions que le régime d’Assad ne contrôle pas.

« Ils étendent (la fin des sanctions) aux régions où le YPG/PKK est dominant », a-t-il déclaré.

Il a expliqué que la levée des sanctions « inclut la région que nous avons débarrassée du terrorisme de Daech, mais pas des régions comme Afrin, que nous avons débarrassée du PKK », a-t-il ajouté.

La décision du département du Trésor lève les interdictions sur les activités commerciales dans 12 secteurs économiques différents dans le nord de la Syrie, notamment l’agriculture, les télécommunications, les infrastructures du réseau électrique, la construction, la fabrication, le commerce, la finance et l’énergie propre.

Les achats de pétrole syrien dans la région sont également autorisés tant qu’ils ne profitent pas au régime.

Les zones couvertes par la licence vont du gouvernorat d’Alep à l’ouest au gouvernorat de Hasakah à l’est.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici