mercredi, 8 février 2023

Football, Bollywood, samoussas : un mélange enivrant pour les travailleurs expatriés du Qatar

Au fur et à mesure que les gens arrivent, une animatrice de scène pose des problèmes au public. Sa voix hurle dans les haut-parleurs : qui peut chanter un air de Bollywood ?

La foule réagit par des applaudissements. Beaucoup lèvent la main pour avoir la chance de chanter sur scène.

À côté de la scène se trouvent de nombreux stands de nourriture, où attirent les parfums de la cuisine sud-asiatique, comme les snacks frits très populaires – samosa et pakora — remplir l’air.

Une banderole indiquant « Merci pour vos contributions pour offrir la meilleure Coupe du Monde de la FIFA de tous les temps »– en arabe, anglais et hindi– apparaît sur un mur près de l’entrée.

Il s’agit de la Fan Zone dans la zone industrielle, à environ 20 km au sud de la capitale qatarie Doha, où des milliers de travailleurs migrants sont logés dans une vaste étendue d’installations de stockage, d’usines et de complexes résidentiels, qui s’étend sur plusieurs kilomètres.

« Je suis venu ici pour voir le match vidéo Argentine vs Arabie Saoudite au cinéma avec mes potes. C’est simple pour nous de venir ici car toutes les autres fan zones sont extrêmement éloignées de nous », Lavlu Chadra Das , un travailleur du Bangladesh, informe TRT World.

« Au Bangladesh, tout le monde soutient l’Argentine. Je soutiens l’Argentine depuis que je suis enfant. Je me considère extrêmement chanceux d’assister à la Coupe du Monde. »

Le Qatar, un pays avec une population d’environ 2,8 millions d’habitants, est entrée dans l’histoire en accueillant la première Coupe du Monde de la FIFA au Moyen-Orient, également la première d’une nation musulmane en masse.

La préparation du pays hôte pour les jeux a été une tâche colossale, et elle a été accomplie en grande partie par des travailleurs expatriés.

Répondant aux appels des organisations de défense des droits de l’homme, le Qatar a pris de nombreuses mesures pour traiter les préoccupations concernant les salaires, les conditions de vie et les problèmes de sécurité des travailleurs.

Dans le cadre des changements radicaux apportés en 2020, le gouvernement qatari a éliminé un système de « certificat de non-objection » qui exigeait que les employés obtiennent l’approbation de leur employeur actuel avant de changer d’emploi.

Un salaire minimum mensuel de 1 000 riyals qatariens (275 $) a également été appliqué au Qatar.

« Il est difficile de révéler mes sentiments. Je suis un mouroir – un grand fan de football et de Messi. Quand aurai-je la chance d’assister à la Coupe du monde de football ? Nous avons tous travaillé dur pour voir ce jour », a déclaré à TRT World.

Lorsque le deuxième match de la journée entre le Danemark et la Tunisie commence, d’innombrables ouvriers, principalement des hommes, remplissent le terrain du stade, certains assis en tailleur sur le terrain herbeux, tandis que d’autres sur les chaises de l’arène.

« En raison de nos heures de travail et d’autres inconvénients, la plupart d’entre nous ne peuvent pas aller dans les stades pour regarder les matchs. Les billets sont également coûteux, donc je suis reconnaissant qu’ils aient créé une fan zone ici pour nous, », raconte Kanamungo Mitao, un agent de sécurité.

« Cette Coupe du Monde, il faudra que j’aille avec le groupe Tunisie. Ils doivent ramener la coupe en Afrique. »

La majorité des ouvriers TRT World interrogés ont révélé leur frustration de ne pas avoir la possibilité de payer des billets de stade pour l’un des jeux vidéo, car leurs revenus étaient inférieurs à 2 000 riyals qataris (550 $) par mois, et un billet pour un match coûtait généralement environ 200 $.

Mais pour Erik, également un garde kenyan, les célébrations d’un mois dans le pays lui donnent un remède pour le manque cruel de sa famille à la maison.

« Je suis allé au centre-ville tout au long de ma journée de congé et il y a beaucoup de personnes du monde entier », a-t-il déclaré à TRT World.

 » La compétition est juste ici, c’est sans tracas pour nous, donc nous devrions socialiser, rencontrer des gens d’autres nations et découvrir comment ils vivent. Nous devrions nous réjouir et passer un bon moment. »

Source : TRT World

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici