mercredi, 28 septembre 2022

La Chine condamne le milliardaire canadien à 13 ans de prison

Un tribunal de Shanghai a en fait condamné le milliardaire canadien d’origine chinoise Xiao Jianhua à 13 ans de prison et à une amende record de 8,1 milliards de dollars pour sa société Tomorrow Holdings ( 55,03 milliards de yuans).

Xiao a été personnellement condamné à une amende de près d’un milliard de dollars (6,5 millions de yuans) pour les infractions pénales, a déclaré le tribunal
vendredi.

De 2001 à 2021 , Xiao et Tomorrow Holdings ont fourni des actions,
des biens, de l’argent et d’autres biens aux autorités gouvernementales
pour un total de plus de 99,8 millions de dollars (680 millions de yuans), afin d’échapper à la surveillance financière et de rechercher des intérêts non valides, a déclaré le tribunal.

Le tribunal a déclaré qu’à partir de 2004, Xiao et Tomorrow géraient plusieurs banques et plates-formes monétaires sur Internet, comprenant la Baoshang Bank qui a cessé de fonctionner, à travers plusieurs niveaux d’actionnaires indirects et de propriété anonyme.

Il a déclaré que Xiao avait utilisé les gains illégaux pour l’acquisition de banques, le commerce de titres et l’investissement financier à l’étranger NT. Cependant, il a reconnu ses tentatives de réparation.

« Xiao Jianhua a pris de bonnes mesures, il a donc reçu une peine atténuée conformément à la loi », a-t-il déclaré.

En juillet 2020, 9 des organisations liées au groupe ont été saisies par les régulateurs chinois dans le cadre d’une répression des dangers présentés par les conglomérats monétaires.

Interrogé sur le droit de Xiao à l’accès consulaire en tant que Canadien résident lors d’un examen de routine, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré que parce que la loi chinoise ne reconnaît pas la double nationalité, Xiao n’avait pas droit à ces droits.

L’ambassade du Canada à Pékin n’a pas immédiatement réagi à une demande pour remarque. Tomorrow Holdings pourrait ne pas être immédiatement contacté pour un commentaire.

Né en Chine, Xiao, supposé avoir des liens avec l’élite communiste chinoise
Celebration, n’a en fait pas été vu en public depuis 2017 après avoir fait
l’objet d’une enquête au milieu d’une répression de conglomérat menée par l’État.

Après avoir fréquenté l’université à la fin des années 1980, Xiao a commencé à vendre des ordinateurs et, dans les décennies qui ont suivi, a développé un empire avec intérêts divers, y compris la couverture bancaire et d’assurance.

Les médias locaux de Hong Kong avaient rapporté au moment de la disparition de Xiao qu’il avait été enlevé par des représentants de la Chine continentale.

Cette inquiétude soutenue concernant le resserrement de la Chine sur le centre monétaire.

Ces inquiétudes étaient au cœur des manifestations massives anti-Pékin qui ont secoué Hong Kong en 2019, déclenchées par un projet de loi gouvernemental qui aurait permis des extraditions vers la Chine continentale.

Les années qui ont suivi la disparition de Xiao ont été marquées par relations entre la Chine et le Canada, stimulées par l’arrestation à Vancouver de Meng Wanzhou — le directeur financier du géant des télécoms Huawei — à la demande des États-Unis.

Suite à l’arrestation de Meng, Pékin a appréhendé 2 Canadiens en Chine et ciblant les exportations agricoles canadiennes.

Tous les 3 ont été libérés en septembre 2021 après que Meng ait contacté les procureurs américains pour fraude, mettant fin à sa bataille contre l’extradition vers les États-Unis.

Depuis lors, il y a eu des espoirs de dégel dans les relations diplomatiques, Pékin ayant levé une interdiction sur les importations de canola canadien cette année.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici