lundi, 22 juillet 2024

La Chine s’est-elle ingérée dans les élections canadiennes pour maintenir Trudeau au pouvoir ?

Au début de 2016, quelques mois après que Justin Trudeau a été choisi pour la première fois comme premier ministre du Canada, 2 hommes d’affaires chinois ayant des liens supposés avec les Chinois Le Parti du quartier (PCC) a fait une « contribution » d’un million de dollars à une structure portant le nom de son père, l’ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau. La contribution est revenue hanter le gouvernement fédéral de Trudeau alors que de récents reportages dans les médias ont déclaré que le PCC s’était mêlé des sondages canadiens de 2019, puis de nouveau des élections fédérales de 2021 pour s’assurer de la réélection de Trudeau et de sa célébration libérale, considérée comme plus douce envers Pékin que la célébration conservatrice concurrente.

Alors que les célébrations de l’opposition intensifient leurs demandes de réponses, le gouvernement Trudeau fait face à une pression croissante pour résoudre la participation présumée de la Chine.

Même les législateurs du Nouveau Parti démocratique, qui soutiennent le gouvernement minoritaire de Trudeau — a soutenu la motion visant à examiner complètement les actions de la Chine dans le pays.

« Nous voulons savoir précisément ce que le gouvernement fédéral autoritaire chinois a fait et s’il y avait des partis politiques au courant de ces actions ou non », a déclaré le chef du Parti conservateur Pierre Poilievre aux journalistes dans la capitale Ottawa.

Trudeau a en fait reconnu les tentatives de la Chine d’intervenir dans le système politique canadien, mais a résisté à un examen public, en gardant à l’esprit que les efforts de Pékin n’ont pas affecté les élections.

D’autre part, l’ambassade de Chine à Ottawa a refusé toute implication dans la politique intérieure du Canada.

Les autorités du renseignement auraient informé Trudeau et certains membres du cabinet en 2015 que la Chine mène une large gamme de projets, consistant à financer un minimum de 11 candidats fédéraux en lice pour l’élection fédérale qui s’est tenue en 2019.

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), dans son instruction, a expliqué que Pékin effectue des paiements par le biais d’intermédiaires aux candidats liés à la Célébration communiste chinoise (PCC), installe des représentants au bureau du Premier ministre afin d’influencer la politique du gouvernement, travaille avec des autorités corrompues pour profiter de l’administration et exécute des projets agressifs pour perturber les politiciens canadiens anti-Chine.

Le gouvernement fédéral canadien a lancé mercredi un rapport sur l’évaluation des élections de 2021 rédigé par Morris Rosenberg, président et chef de la direction de la structure Trudeau, qui a conclu qu’il n’y avait aucune preuve que la Chine a injecté de l’argent dans les élections. .

« Le Canada n’a pas détecté d’ingérence étrangère qui menaçait la capacité du Canada à organiser des élections libres et raisonnables », a-t-il déclaré.

De l’autre côté, les conservateurs reprochent à Rosenberg de couvrir l’influence de la Chine en politique et d’être associé à un « don douteux de 200 000 $ des autorités influentes du PCC, Bin Zhang ».

L’opposition accuse également Zhang d’être impliqué dans le « scandale de l’argent pour l’accès au milliardaire » de Justin Trudeau en 2016.

Selon un rapport, le SCRS a informé le Premier ministre sur le politicien libéral Hang Dong.

Le rapport, citant des sources qui ont parlé sous couvert d’anonymat, a déclaré que les services de renseignement avaient reconnu Dong comme « un affilié conscient des réseaux d’ingérence électorale en Chine ».

Trudeau a défendu aujourd’hui Dong, un Canadien né de mères et de pères immigrants chinois, en tant que « patriote ».

Les tensions entre Ottawa et Pékin ont en fait augmenté au cours des dernières années en raison de conflits mutuels. mouvements politiques contradictoires les uns contre les autres.

Les critiques du Canada contre le traitement réservé par Pékin aux Ouïghours dans la région autonome du Xinjiang en Chine et ses pratiques commerciales déloyales par rapport à Ottawa.

Séparément en 2018, le directeur de l’entreprise technologique chinoise Huawei, Meng Wanzhou, qui a été accusé de « complot en vue de frauder de nombreuses organisations mondiales »– a été arrêté au Canada. La Chine a riposté en détenant 2 ressortissants canadiens d’espionnage. La légende a fini par échanger les détenus.

En 2019, le Canada a licencié plusieurs chercheurs dirigés par Xiangguo Qiu, travaillant au Laboratoire national de microbiologie (LNM) en raison d’une possible « infraction à la politique ». Les autorités canadiennes ont également arrêté l’année dernière Yuesheng Wang, un membre du personnel d’Hydro-Québec, pour avoir apparemment travaillé illégalement pour des organisations chinoises pendant cette période.

Cette semaine, le Canada a interdit à l’application chinoise de vidéo sociale et de messagerie TikTok d’utiliser le gouvernement -dispositifs émis en raison de dangers pour la sécurité et d’éventuelles fuites d’informations – une décision fustigée par la Chine.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

xnxx sex download russianporntrends.com hardxxxpics saboten campus freehentai4u.com read manga porn rakhi sex photo ganstagirls.com nani sex video xxx indian girl video download elporno.mobi tamilauntycom bf hd video bf hd video porn555.me anyporn hd tamil beach sex erolenta.com xxx sex boy to boy bustyboobs pakistanixxxx.com nude sexy videos desi sex xvideos.com tubaka.mobi justdesi in free naked dance vegasmpegs.mobi eva grover desi ass lick eroanal.net 69 xvideo 4k xnxx thefuckingtube.com xxii roman numerals translation tamil nayanthara sex sexozavr.com indian porn videos tumblr كلبات سكس porn-arab.net نيك ف الكس y3df comics popsexy.net akhil wife hentai ahri wowhentai.net the sarashina bloodline