mardi, 9 août 2022

La coalition israélienne accepte de dissoudre le Parlement et d’organiser de nouveaux scrutins en octobre

Les dirigeants de l’union gouvernementale israélienne ont déclaré qu’ils enverraient une dépense la semaine prochaine pour liquéfier le Parlement, une législation qui forcerait de nouvelles élections si elle était autorisée.

Cette décision intervient juste un an après la formation du gouvernement idéologiquement disparate et rapproche de la réalité une cinquième élection en moins de quatre ans sans garantie d’une nouvelle administration réalisable.

« Après avoir épuisé tous les efforts pour stabiliser l’union, le Premier ministre Naftali Bennett et… (le ministre des Affaires étrangères) Yair Lapid ont en fait choisi d’envoyer un projet de loi » liquéfiant le parlement, ont indiqué lundi les deux principaux partenaires syndicaux dans un communiqué.

Le projet de loi sera soumis la semaine prochaine, et s’il est autorisé, Lapid prendra le contrôle en tant que premier ministre d’un gouvernement fédéral intérimaire, y compris.

Dans ces circonstances, ce serait Lapid qui accueillerait le président des États-Unis lors de sa visite prévue en Israël le mois prochain.

Israel’s Le journal Haaretz a annoncé que les élections auraient lieu le 25 octobre.

La coalition de huit partis idéologiquement divisée de Bennett visait à sortir Israël d’une ère d’impasse politique sans précédent.

Après que l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahu, un vétéran de la droite, n’ait pas réussi à protéger une masse parlementaire lors de 4 votes consécutifs, une alliance de ses concurrents a accepté de gouverner ensemble, unis principalement par le désir de mettre fin à son âge de division.

L’union – formée de nationalistes spirituels, comme Bennett, le parti centriste Yesh Atid de Lapid, de gauche et, pour la toute première fois dans l’histoire d’Israël, de législateurs d’un parti arabe – était menacée dès sa création.

Il a perdu sa majorité au parlement israélien de 120 sièges, la Knesset, en avril, lorsqu’un membre du parti Yamina de Bennett a révélé son départ.

Départements récents sur le renouvellement d’une procédure qui permet aux colons juifs en Cisjordanie occupée de vivre sous la loi israélienne a causé fres h friction, certains législateurs arabes refusant de la soutenir.

C’était un anathème pour les faucons de l’alliance, en particulier le ministre de la Justice Gideon Saar, qui rejette toute idée que les colons de Cisjordanie vivent en dehors d’Israël.

« Comme je l’avais prévenu, le manque de devoir de certains membres de la Knesset au sein de l’union a entraîné ce résultat inévitable », a déclaré Saar lundi dans une attaque évidente contre les législateurs arabes qui ont voté contre la loi de Cisjordanie.

Mais Saar, un ancien allié de Netanyahu qui a renversé l’ex-Premier ministre, a déclaré que ses objectifs politiques étaient les mêmes.

« L’objectif des prochaines élections est clair : éviter le retour de Netanyahu au Premier ministre et enchaînant l’État à ses intérêts individuels », a tweeté Saar.

L’opposition dirigée par Netanyahu avait averti qu’elle enverrait ses propres frais pour liquéfier le Parlement mercredi, mais Bennett et Lapid semblent avoir été transférés au pré -vider cette dépense d’opposition.

Source : TRTWorld et entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici