lundi, 16 mai 2022

La police tire une larme sur une manifestation antigouvernementale au Burkina Faso

Nouvelles rapides

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants barricadant les rues et lançant des pierres dans la capitale du Burkina Faso, alors que la colère grandit face à l’incapacité du gouvernement à empêcher les attaques de se propager à travers le pays.

Plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi dans le centre-ville de Ouagadougou

« Des gens meurent, d’autres fuient leur maison. … Nous voulons que Roch et son gouvernement démissionnent car leur gestion du pays n’est pas bonne. Nous ne les soutiendrons jamais », a déclaré le manifestant Amidou Tiemtore.

Certaines personnes manifestaient également en solidarité avec le Mali voisin, dont les citoyens sont en colère contre le bloc régional économique ouest-africain, la CEDEAO, qui a imposé des sanctions au pays après que la junte au pouvoir a retardé les élections de cette année.

La manifestation du Burkina Faso intervient au milieu d’une escalade des attaques liées à Al-Qaïda et à Daech qui ont tué des milliers de personnes et déplacé 1,5 million de personnes.

La violence ne montre aucun signe de ralentissement. Près de 12 000 personnes ont été déplacées en deux semaines en décembre, selon l’ONU.

Il s’agit de la deuxième répression gouvernementale des manifestations depuis novembre et survient après que le gouvernement a fermé l’accès à Facebook la semaine dernière, invoquant des raisons de sécurité, et après avoir arrêté 15 personnes pour avoir prétendument fomenté un coup d’État.

EN SAVOIR PLUS : La colère publique grandit au Burkina Faso après un massacre meurtrier

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici