dimanche, 22 mai 2022

La Turquie peut-elle offrir une alternative au pipeline EastMed ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi que son gouvernement fédéral était ouvert à des pourparlers sur la recherche d’un moyen de transférer le gaz israélien de la mer Méditerranée vers l’ via Turquie.

« Nous pouvons encore le faire », a-t-il informé les journalistes sur sa méthode de retour d’Albanie, faisant référence à une proposition vieille de plusieurs années de vendre du gaz provenant de champs israéliens offshore à des acheteurs européens via un réseau de gazoducs turcs.

Les remarques d’Erdogan font suite à des informations selon lesquelles les ne soutiennent plus le gazoduc enthousiaste EastMed.

Le pipeline EastMed, long de 1 900 km, n’est jamais sorti de la planche à dessin. Il aurait traversé le fond de la mer et traversé la terre, reliant Israël, la Grèce et Chypre.

Il a évité la Turquie, qui possède le plus long littoral de la Méditerranée, et a en fait révélé son désir de faire partie des emplois énergétiques mondiaux.

« Ce sont des types de projets gagnant-gagnant pour tout le monde. Turkiye peut faire partie de n’importe quel travail énergétique dans la région », déclare Mehmet Dogan, qui dirige GazDay, un cabinet de conseil en énergie.

« [La] meilleure option pour qu’un tel projet aboutisse est d’amener du gaz israélien en Turquie, qui peut en consommer une partie sur le marché intérieur et en expédier une partie en Europe », informe-t-il TRT Monde.

Turkiye a en fait depuis longtemps l’intention d’être un centre énergétique, hébergeant des gazoducs qui répondent aux besoins des clients européens.

Les pipelines multinationaux reliant la Russie à l’Azerbaïdjan utilisent des terres turques à cheval sur le continent asiatique et l’Europe.

Le gazoduc transanatolien de 1 850 km de long appelé TANAP, qui traverse la Turquie, relie l’Azerbaïdjan à l’Europe. Dogan dit qu’il a une capacité de réserve qui peut être utilisée pour livrer du gaz israélien.

Les spécialistes s’étaient demandé si le pipeline EastMed valait l’investissement et les maux de tête qu’il avait réellement provoqués chez les diplomates.

Le pipeline aurait été le plus long à passer sous l’eau et il aurait coûté entre 7 milliards de dollars et 11 milliards de dollars. Une charge de travail élevée équivaut à des dépenses de gaz plus élevées pour les clients européens.

Les revendications conflictuelles sur les frontières maritimes en Méditerranée orientale entre la Turquie et la Grèce nécessitaient des règlements fastidieux et difficiles à construire, même pour commencer.

Le soutien de Washington était important pour résoudre les problèmes diplomatiques et financiers.

Le 10 janvier, une déclaration de l’ambassade des en Grèce sur la « coopération énergétique de la Méditerranée orientale » ne fait aucune référence au gazoduc EastMed. Il a plutôt discuté de l’aide américaine aux projets d’énergie électrique dans la région.

Ces dernières semaines, des responsables de l’administration du président américain ont transmis des messages comparables à Israël, à la Grèce et à Chypre.

Avec les hors de la photo et le pipeline EastMed mis de côté, il y a de fortes chances que la Turquie et Israël cherchent un rapprochement, comme l’a laissé entendre Erdogan, déclare le Dr Oktay Tanrisever, professeur de relations internationales à la Université technique du Moyen-Orient à Ankara.

« La Turquie et Israël essaient en fait de normaliser leurs relations depuis longtemps. Cependant, les différences sur la Méditerranée orientale sont restées présentes dans leur méthode », informe-t-il TRT World.

« Avec la contribution actuelle des à l’histoire, les autorités israéliennes disposent désormais d’un espace de manœuvre. Elles peuvent informer leurs homologues grecs qu’elles ne peuvent pas faire partie du travail car les États-Unis ne sont pas cela permet à Israël de préserver son honneur et lui permet de déplacer l’attention vers la Turquie depuis la Grèce.

Les relations de Turkiye avec Israël ont été tendues à la suite du raid de la flottille de Gaza en 2010 au cours duquel des soldats israéliens ont tué neuf militants turcs qui tentaient d’apporter de l’aide aux Palestiniens.

Cependant, les 2 parties ont préservé leurs relations diplomatiques et économiques tout en évitant toute grave escalade.

En 2016, Ankara et Tel-Aviv sont restés en pourparlers sur la construction d’un gazoduc pour connecter le gaz israélien au réseau de gazoducs de Turkiye pour une livraison ultérieure vers l’Europe.

La découverte de grandes réserves de gaz au large des côtes d’Israël dans la mer Méditerranée a en fait façonné les relations diplomatiques de Tel-Aviv dans la région.

Certaines autorités considèrent le gaz israélien comme la réponse de l’ à la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations de gaz russe. L’Union européenne satisfait 40 % de ses besoins en gaz avec des importations en provenance de Russie. Les différends concernant l’Ukraine et la Crimée ont en fait soulevé des questions sur la sécurité énergétique de l’UE.

L’oléoduc EastMed aurait traversé une région que la Turquie déclare comme étant la sienne sous une poignée maritime de 2019 du gouvernement fédéral d’accord national reconnu par l’ONU en Libye.

Source : TRT World

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici