samedi, 1 octobre 2022

La Turquie s’engage à éliminer les derniers « nids terroristes » en Syrie et à établir une zone de sécurité

Le président turc a fait allusion à une éventuelle nouvelle opération transfrontalière pour dégager l’organisation terroriste PKK de sa frontière avec la Syrie.

« Nous continuerons notre combat contre le terrorisme. Notre décision d’établir une ligne sécurisée de 30 kilomètres de profondeur le long de notre frontière sud est permanente », a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors de son discours aux diplomates turcs qui ont assisté à la 13e conférence des ambassadeurs dans la capitale Ankara lundi.

Espérons que la Türkiye nettoiera bientôt les dernières zones où l’organisation terroriste « niche » encore en Syrie, a-t-il ajouté.

Depuis 2016, Ankara a lancé trois opérations antiterroristes réussies à travers sa frontière dans le nord de la Syrie pour empêcher la formation d’un corridor terroriste et permettre l’installation pacifique des résidents : Bouclier de l’Euphrate (2016), Rameau d’olivier (2018) , et Source de paix (2019).

Dans sa campagne de terreur de plus de 35 ans contre la Turquie, le PKK, répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, États-Unis et l’Union européenne – est responsable de la mort de plus de 40 000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Les YPG sont la branche syrienne du PKK.

Sur les récentes attaques israéliennes contre Gaza, qui ont entraîné la mort de nombreux civils, y compris des enfants, Erdogan a déclaré : « Il ne peut y avoir aucune excuse pour tuer des enfants, des bébés emmaillotés. La Turquie est aux côtés du peuple palestinien et de ses frères gazaouis. »

Un cessez-le-feu négocié par l’Égypte à Gaza entre Israël et le groupe palestinien Jihad islamique a été annoncé dimanche, mettant fin à trois jours de frappes aériennes israéliennes et de tirs de roquettes de représailles depuis Gaza.

Au moins 43 Palestiniens ont été tués et plus de 300 autres blessés lors de l’offensive israélienne, selon le ministère palestinien de la Santé.

Erdogan a déclaré que la mosquée Al Aqsa est une « ligne rouge » pour la Turquie.

Le ministère turc des Affaires étrangères a également appelé Israël à ne pas autoriser les actes visant le statut et le caractère sacré du Haram al Sharif et de la mosquée Al Aqsa.

Türkiye, depuis le début du conflit russo-ukrainien, a affirmé qu’« il n’y aura pas de vainqueur », a déclaré le président Erdogan, ajoutant : « Lors de réunions avec [le président ukrainien Volodymyr] Zelenskyy et [le président russe Vladimir] Poutine, nous avons souligné que les problèmes devaient être résolus par le dialogue. »

Erdogan a déclaré que malgré toutes les négativités, la Turquie a poursuivi ses efforts et assuré la mise en œuvre de l’accord sur le corridor céréalier.

Le 22 juillet, la Turquie, l’ONU, la Russie et l’Ukraine ont signé un accord à Istanbul pour rouvrir trois ports ukrainiens de la mer Noire – Odessa, Chornomorsk et Pivdennyi – pour l’exportation de céréales ukrainiennes bloquées en raison du conflit, qui est maintenant dans son sixième mois.

« Les navires naviguent comme vous le savez en ce moment. Ainsi, nous avons contribué à la sécurité d’approvisionnement mondiale à un moment où la crise alimentaire se profilait. Jusqu’à présent, nous avons réussi à faire fonctionner cet accord sans rencontrer de problèmes sérieux », a déclaré le président.

Depuis le premier départ le 1er août, 10 navires transportant plus de 304 000 tonnes de céréales ont jusqu’à présent quitté les ports ukrainiens dans le cadre de l’accord.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici