mardi, 15 juin 2021

L’Assemblée nationale du Pakistan adopte un projet de loi accordant un droit de recours à Kulbhushan Jadhav

Le gouvernement fédéral pakistanais a fait adopter à la hâte par l’Assemblée nationale un projet de loi pour offrir le droit d’intérêt au condamné à mort indien Kulbhushan Jadhav au milieu du chahut et du boycott de l’opposition.

Le La chambre basse du Parlement a adopté jeudi les coûts de la CIJ (évaluation et réexamen). Le projet de loi vise à permettre à Jadhav d’avoir un accès consulaire conformément au verdict de la Cour internationale de justice (CIJ).

Jadhav, l’officier de la marine indienne à la retraite âgé de 51 ans, a été condamné à mort par un Tribunal militaire pakistanais pour espionnage et terrorisme en avril 2017.

L’Inde a approché la CIJ contre le Pakistan pour refus d’accès consulaire à Jadhav et contestation de la peine de mort.

Basé à La Haye La CIJ a statué en juillet 2019 que le Pakistan devait entreprendre un « examen et un réexamen effectif » de la condamnation et de la peine de Jadhav et également donner un accès consulaire à l’Inde sans hold-up supplémentaire.

La CIJ, dans sa décision de 2019 verdict, avait demandé au Pakistan d’offrir un forum en ligne approprié pour faire appel de la peine infligée à Jadhav.

Les coûts figuraient parmi les 21 lois votées par l’Assemblée nationale jeudi soir, sans tenir compte des manifestations des législateurs de l’opposition qui voulaient la bonne lecture des factures.

Mais le fed Le gouvernement général a suspendu les règles de l’entreprise concernant la législation pour raser 21 lois en une seule séance.

S’exprimant après l’adoption de la dépense, le ministre de la Loi Farogh Nasim a déclaré que s’ils n’avaient pas adopté le projet de loi, l’Inde serait allée au Conseil de sécurité de l’ONU et aurait peut-être engagé une procédure pour outrage contre le Pakistan devant la CIJ.

Nasim a déclaré que la dépense était passée à la lumière de la décision de la CIJ qui avait demandé au Pakistan de fournir une chance d’évaluation digne de confiance à Jadhav.

Il a déclaré qu’en adoptant la loi, ils avaient en fait montré au monde que le Pakistan était un « État responsable ».

L’Assemblée nationale a également adopté 20 autres projets de loi, dont les élections. (Amendement) Projet de loi. Les membres de l’opposition ont organisé un débrayage et mentionné l’absence de quorum à trois reprises, mais à chaque fois, le président a déclaré votre domicile en ordre et a poursuivi les affaires, obligeant l’opposition à se tourner vers des manifestations bruyantes. Les membres de l’opposition se sont rassemblés devant l’estrade du président et ont soulevé des devises.

Criquant la décision du gouvernement fédéral, le législateur de la Ligue musulmane pakistanaise-Nawaz (PML-N) Ahsan Iqbal a déclaré qu’il avait inclus le projet de loi dans le lourd programme législatif pour soulager Jadhav.

Iqbal a déclaré qu’il s’agissait d’une dépense spécifique à une personne et le nom de Jadhav a été indiqué dans la déclaration des objets et des facteurs des coûts.

Il a déclaré que lorsque la loi du pays permettait aux hautes juridictions d’évaluer les peines prononcées par les tribunaux militaires, alors quelle était la nécessité d’adopter la loi.

Le président du Parti du peuple pakistanais (PPP) Bilawal Bhutto-Zardari a demandé au président de fournir un certain temps aux membres pour voir les coûts.

Il a critiqué le gouvernement fédéral pour avoir d’abord apporté la dépense pour soulager Jadhav par le biais d’un règlement, puis l’avoir fait passer en passant au bulldozer la législation.

Le projet de loi a été présenté l’année dernière et autorisé par le National A Comité permanent du droit et de la justice de l’Assemblée le 21 octobre malgré les manifestations des membres de l’opposition du comité.

Techniquement, l’adoption du projet de loi ne fait aucune différence puisque le gouvernement a actuellement promulgué un règlement en mai 2020 pour exécuter le verdict de la CIJ.

Le gouvernement fédéral a également déposé un recours devant la Haute Cour d’Islamabad qui a demandé à plusieurs reprises au gouvernement fédéral indien de désigner un représentant légal pour représenter Jadhav afin de conclure le dossier d’évaluation.

Le passage de la dépense à l’Assemblée nationale n’est qu’un pas vers la finalisation de la loi.

Elle existera désormais au Sénat et si elle est votée par le haut de la maison, sans modification, il ira au président pour dernière approbation. Si le Sénat l’a adopté avec un amendement, il reviendra à l’Assemblée nationale pour l’adopter avec les modifications.

En cas d’échec à créer un consensus entre les 2 chambres, une séance commune sera tenue passer la dépense à la majorité simple.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici