lundi, 14 juin 2021

Le Canada doit prendre des mesures concrètes contre les crimes haineux antimusulmans

Les organisations communautaires, de financement participatif et de base ont en fait été à l’avant-garde des efforts pour lutter contre l’islamophobie, mais les blessures cumulatives peuvent simplement se rétablir avec un leadership proactif pour créer la sécurité pour tous.

Une balade après le dîner le soir du 6 juin se voulait l’occasion de profiter des premières nuits chaudes de la saison en famille. Nathaniel Veltman, 20 ans, au cœur rempli de haine, a soudainement mis fin à quatre vies ; ne leur permettant pas de rentrer chez eux.

Les vies de Salman Afzaal, Madiha Salman, Yumna Salman et la grand-mère de Salman Afzaal (qui n’a pas été appelée) ont été enlevées simplement parce qu’elles étaient musulmanes. Ce ne sont pas des noms d’une famille inconnue ; cette fois, ce sont les noms de la famille de mon collègue.

Il y a un chagrin si lourd dans nos cœurs qu’aucun mot ne pourrait exprimer. Les vies innocentes perdues à cause de l’horreur et de la haine à London, en Ontario, ont ébranlé non seulement le groupe LaunchGood, mais tous les musulmans du Canada, et même les musulmans du monde entier.
La maison est un endroit où vous vous sentez en sécurité, où vous êtes accepté et où vous pouvez vous présenter avec joie. Pourtant, ces nuits-là, des millions de musulmans à travers le Canada ne se sentent pas en sécurité dans l’endroit qu’ils devraient pouvoir appeler chez eux. Une simple promenade avec la famille a fini par être associée à nos plus grands soucis et imprévisibilités.

Le 6 juin nous a en fait rappelé une fois de plus une sorte de cruauté dont la fonction est de semer l’horreur, privant les gens de leur sécurité et de leur sentiment d’appartenance simplement à cause de leur foi.

L’islamophobie au Canada ne fait que croître, avec une augmentation de 9 % des infractions criminelles motivées par la haine par rapport aux musulmans en 2019. Les policiers de Toronto ont également constaté une augmentation de moitié des crimes haineux rien qu’en 2015.

LaunchGood, notre plateforme de financement participatif, a en fait vu une augmentation des campagnes dans le but de lutter contre l’islamophobie. Jusqu’à présent, nous avons accueilli 153 projets exclusivement consacrés à cette cause en 2021. On s’attend malheureusement à ce que cela dépasse les chiffres de 2015.

Il y avait un sentiment palpable de chagrin, d’inquiétude et de frustration dans la foule. Beaucoup demandaient que les dirigeants prennent des mesures plus énergiques pour mettre fin à la violence raciale généralisée qui a en fait touché de trop nombreuses fois les communautés musulmanes canadiennes à travers le pays.

Ces horribles attaques islamophobes, malheureusement, ne sont pas uniques. des événements faisant surface de manière inquiétante dans tout le pays comme des incendies de forêt, des attaques contre des femmes musulmanes en Alberta et au-delà, au massacre de la mosquée de Québec et aux meurtres de mosquées de l’International Muslim Company (IMO).

Et maintenant, Londres a été secoué. En fait, nous avons été secoués. Ensemble, nous pleurons.

London, en Ontario, abrite l’une des plus grandes populations musulmanes d’Amérique du Nord. Ils sont des membres actifs de la communauté à tous les niveaux et dans tous les secteurs.

Des musulmans notables à travers le Canada, en particulier les femmes musulmanes en hijab, ont peur de continuer leur vie de tous les jours. Les familles ont peur d’être blessées dans le parc par une autre attaque ridicule et odieuse.

Ce n’est pas ainsi qu’un groupe de personnes doit vivre, terrifié dans sa propre maison.

En tant que maman et papa de 3 adorables enfants, j’hésite aujourd’hui. Je ne peux pas imaginer que cela devienne notre réalité ; Je refuse de. Avec l’augmentation récente des attaques contre les musulmans au Canada, une inquiétude innée dans ma poitrine avait commencé à grandir.

Je rappellerais soigneusement à mes enfants de rester loin du trottoir lorsqu’ils traversent la rue et de rester plus près du gazon loin de la chaussée. Qui pouvait anticiper quand une personne émotionnellement ou psychologiquement instable au volant verrait mes enfants musulmans comme des cibles ?

Bien que cette peur ait longtemps persisté dans mon cœur, je la ferais taire en silence, espérant qu’elle ne le soit jamais. Nous y sommes, mon pire problème ayant été vérifié.

Où dois-je aller à partir d’ici ? Combien de temps dois-je fuir un lieu de peur ? J’ai profondément peur de laisser partir mes enfants, de vouloir qu’ils me serrent dans leurs bras, restent protégés des maux de ce monde.

Le foyer que nous avons perdu aurait pu être celui de n’importe qui, c’est pourquoi cela fait très mal. Ces sentiments ne sont pas seulement les miens, mais ceux des ménages musulmans à travers ce pays qui ont dû réévaluer nos régimes et vies quotidiens. Nous sommes tous sous le choc et le cœur brisé.

Ce traumatisme collectif ne peut se rétablir qu’avec des mesures concrètes de la part des dirigeants pour développer la sécurité pour tous, quelle que soit leur foi. Mes proches canadiens ont exigé une éducation anti-haine intégrée, un besoin d’une législation nationale sur la haine et la haine en ligne qui soutiennent une vraie justice et un changement. C’est le sens d’une véritable solidarité.

Il est difficile de voir ce crime terrifiant comme un événement isolé alors que les pays soutiennent l’injustice à travers le monde. Lorsque les paroles de notre nation ne correspondent plus à ses actions, elle perd de sa fiabilité.

Pour permettre aux quartiers musulmans de se sentir à nouveau en sécurité, nous devons éliminer la haine de ses racines sur tous les fronts – académique, social et politique. C’est le seul moyen de calmer l’inquiétude profonde et d’éviter que cela ne se reproduise. Jusque-là, la douleur qui s’est réellement répandue dans nos frères et sœurs musulmans canadiens restera chronique, et la seule méthode pour éteindre cet incendie grandissant est de l’éliminer d’où il est apparu.

Dans son emplacement, nous pouvons alors planter de nouvelles graines d’espoir, d’acceptation et d’appartenance, et créer un avenir meilleur pour nos enfants.

Chacun devrait se sentir invité. Tout le monde mérite d’être à la maison.

Avertissement : Les perspectives révélées par les auteurs ne reflètent pas toujours les points de vue, les perspectives et les politiques éditoriales de TRT World.

Nous accueillons tous les pitchs et soumissions à TRT World Opinion – veuillez les envoyer par e-mail à opinion.editorial@L’Entrepreneur.com!.?.!.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici