lundi, 6 juin 2022

Le conseil présidentiel du Yémen prête serment après le départ de Hadi

Le conseil gouvernemental mondialement reconnu du Yémen a prêté serment dans la ville portuaire d’Aden, dans le sud du pays, ont rapporté les médias officiels.

La prestation de serment a eu lieu devant le parlement lors d’une cérémonie à laquelle ont participé des ambassadeurs étrangers et des envoyés des et de l’ONU au Yémen, a déclaré mardi l’agence de presse SABA.

Aden sert de siège provisoire à le gouvernement internationalement identifié étant donné que les rebelles houthis se sont emparés de la capitale de Sanaa en 2014, déclenchant la longue guerre civile au Yémen.

Le conseil présidentiel a été désigné plus tôt ce mois-ci après que l’ancien président Abd Rabbo Mansour Hadi s’est retiré .

Hadi a transféré ses pouvoirs et ceux de son vice-président au conseil, qui dirigera le pays et dirigera les pourparlers de paix avec les Houthis.

Sa décision est intervenue au cours d’efforts concertés à l’échelle mondiale et locale pour mettre fin au litige.

Cette décision a indigné les Houthis soutenus par l’Iran, car elle était supposée regrouper le camp anti-Houthi après des années de luttes intestines et de différends. Cela s’est produit alors que les Houthis et le gouvernement fédéral ont entamé une trêve de 60 jours négociée par l’ONU au début du mois.

Le conseil est présidé par Rashad al Alimi, consultant de Hadi et ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement fédéral de feu l’homme fort Ali Abdullah Saleh. Il entretient des liens étroits avec l’Arabie saoudite.

Al Alimi a appelé le voisinage mondial à faire pression sur les Houthis pour qu’ils participent aux efforts de paix, car il a déclaré que les rebelles continuaient d’attaquer la ville centrale de Marib et d’autres zones contrôlées par le gouvernement. malgré la trêve.

Le conseil s’est engagé à « mettre fin au coup d’État (houthi) et à la guerre » et à établir « une paix raisonnable et permanente qui protège l’État et ses organisations constitutionnelles », a-t-il déclaré.

Le président du Parlement, Sultan al Borkani, a fait écho au même message. Il a alerté qu’ils étaient prêts à continuer les combats après l’unification du camp anti-Houthi.

« C’est notre chance de prendre la voie d’une paix raisonnable et respectable », a-t-il déclaré. « Nos mains sont toujours tendues (pour la paix) et nos armes sont prêtes exactement au même moment. »

Il n’y a eu aucun commentaire instantané de la part des Houthis.

Le conseil compte 7 autres membres, composés d’Aydarous al Zubaidi, chef du Conseil de transition sécessionniste du Sud – un groupe de coordination de milices puissamment armées soutenues par le Les Émirats arabes unis depuis 2015.

Sont également membres du conseil le cheikh Sultan al Aradah, le véritable gouverneur de la province riche en énergie de Marib, et Tariq Saleh, un chef de milice et neveu du défunt président ayant des liens étroits aux EAU.

Un autre membre est Abdel Rahman Abu Zarah, chef des Brigades des Géants soutenues par les EAU, qui ont récemment joué un rôle crucial en repoussant l’offensive Houthi sur la ville principale de Marib.

Les Houthis sont soutenus par l’Iran tandis que les forces du gouvernement fédéral sont aidées par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui a lancé une campagne aérienne en 2015 pour tenter de restaurer le gouverneur mondialement reconnu nment.

La guerre a tué plus de 150 000 personnes et poussé le Yémen au bord de la famine.

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici