mardi, 7 février 2023

Le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré entament de nouveaux pourparlers sur le désarmement

Un comité conjoint du gouvernement éthiopien et des rebelles du Tigré s’est réuni dans la région du Tigré pour définir des plans de désarmement dans le cadre d’un accord de paix signé le mois dernier pour mettre fin au conflit de deux ans, a déclaré le gouvernement éthiopien.

Le conflit en Éthiopie a fait plus de victimes que la guerre en Ukraine, a déclaré jeudi le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’une visite dans le pays pour rencontrer le Premier ministre Abiy Ahmed.

Les estimations de certains agents de santé et universitaires indiquent que des centaines de milliers de personnes ont été tuées.

Le service de communication du gouvernement éthiopien a déclaré dans un tweet que le comité avait commencé ses travaux mercredi dans la ville de Shire. C’est la première fois que les deux parties tiennent officiellement des pourparlers en Éthiopie depuis le début des combats.

L’accord de paix stipule que les rebelles du Tigré seront désarmés dans les 30 jours suivant la signature du 2 novembre, et que les forces de sécurité éthiopiennes prendront le contrôle total de « toutes les installations, installations et infrastructures majeures fédérales telles que les aéroports et les autoroutes du Tigré. région ».

Cependant, les responsables du Tigré affirment que le désarmement ne peut pas commencer tant que le gouvernement éthiopien n’aura pas expulsé les combattants venus d’Érythrée et de la région voisine d’Amhara.

Tadesse Werede, commandant des rebelles du Tigré, a déclaré le mois dernier aux journalistes qu’« avec la présence continue de ces forces (érythréennes et amhara), il est même difficile de penser à une question de désarmement ».

Les responsables du Tigré n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter jeudi.

Les responsables éthiopiens n’ont pas précisé si des combattants d’Érythrée et de la région d’Amhara quittent le Tigré. Ni l’un ni l’autre ne fait partie de l’accord de paix. La semaine dernière, l’envoyé de l’Union africaine aidant à la médiation des pourparlers, Olesegun Obasanjo, a ouvertement appelé au retrait des « troupes étrangères ».

Des groupes d’aide et le gouvernement éthiopien ont déclaré que l’aide atteignait certaines parties du Tigré qui étaient inaccessibles dans le passé. Le service de communication éthiopien a déclaré que trois corridors sont désormais utilisés pour transporter l’aide indispensable, mais de grandes parties du Tigré restent sans électricité, Internet ou services bancaires.

Après que Guterres ait rencontré le Premier ministre éthiopien à Addis-Abeba, l’ONU a déclaré que Guterres « est pleinement déterminé à mobiliser l’ensemble du système des Nations Unies pour fournir une aide humanitaire à tous ceux qui en ont besoin ».

 Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici