samedi, 1 octobre 2022

Le Kenya vote dans une course électorale étroitement surveillée

Les Kenyans se sont alignés pour voter lors d’une élection à enjeux élevés, avec la puissance de l’Afrique de l’Est sur les nerfs alors que 2 poids lourds politiques s’affrontent dans une élection de plus en plus course disputée à la présidence.

Les Kenyans prient pour un changement de pouvoir serein après presque un an sous le président Uhuru Kenyatta, mais les problèmes de fraude électorale demeurent dans un pays toujours hanté par les différends électoraux précédents qui se sont déroulés dans la violence meurtrière.

Plus de 22 millions de personnes se sont inscrites pour décréter une élection qui aura lieu vendredi, avec l’économie et la corruption des points de discussion clés.

Le vice-président et ancien bénéficiaire apparent William Ruto, 55 ans, est opposé à Raila Odinga, le chef de l’opposition vétéran de 77 ans, désormais soutenu par son rival de longue date avec Kenyatta après un changement spectaculaire d’allégeances politiques

Les bureaux de vote ont ouvert à partir de 6h00 ( 0300 GMT) et sont en raison de la clôture à 17h00 (1400 GMT).

Aucun prospect ne gagne plus de 50 p ercent des voix, le Kenya serait tenu d’organiser un second tour pour la première fois de son histoire.

Indépendamment des calomnies sur les hustings et de la désinformation répandue, le s’est déroulé principalement de manière pacifique contrairement aux enquêtes précédentes.

La pression est exercée sur la Commission électorale et des frontières indépendante (IEBC) pour s’assurer d’un vote libre et raisonnable dans les 6 sondages – pour la présidence en plus des sénateurs, des gouverneurs, des législateurs, des agents féminins et quelque 1 500 fonctionnaires du comté.

Actuellement, l’élection a rencontré quelques problèmes, avec 6 autorités de l’IEBC arrêtées le lundi et la commission a suspendu plusieurs scrutins locaux en raison de documents de décompte erronés.

Odinga et Ruto ont exigé un vote serein, mais les craintes demeurent que si le candidat perdant conteste le résultat – aussi largement prévu– la discorde pourrait dégénérer en combats de rue.

La sécurité est renforcée, avec plus de 150 000 officiers b eing libéré.

Le traumatisme de l’élection de 2007, qui a été suivie d’un horrible épisode d’affrontements ethniques à motivation politique qui a éliminé plus de 1 100 personnes, pèse toujours lourd.

Et la difficulté d’Odinga au résultat des élections de 2017 qui a vu l’ennemi de l’époque Kenyatta réélu a rencontré une réponse brutale des flics qui a fait des dizaines de morts.

La Cour suprême a acheté une rediffusion en 2017, mentionnant des irrégularités courantes.

Aucun résultat d’élection présidentielle n’est resté incontesté depuis 2002, et il y aura une attente anxieuse pour les résultats de cette année qui ne sont pas attendus avant plusieurs jours.

Source : TRTWorld et les entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici