mardi, 9 août 2022

Le Mozambique confirme le premier cas de poliomyélite en trois décennies

Le Mozambique a déclaré sa première épidémie de poliomyélite en près de 3 décennies après que l’infection a été repérée chez un
enfant vivant dans la région du nord-est de Tete.

Le cas, qui marque le deuxième cas importé de poliovirus sauvage en Afrique australe cette année après une épidémie au Malawi en février, a été découvert chez l’enfant qui a commencé à connaître le début de la paralysie vers la fin du mois de mars, a déclaré mercredi la Société mondiale de la santé (OMS).

« La détection d’un autre cas de poliovirus sauvage en Afrique
est significativement préoccupante… Elle démontre à quel point cette infection est nocive
et à quelle vitesse elle peut se propager », a déclaré Matshidiso Moeti, directeur local de l’OMS pour l’Afrique, dans une déclaration.

La poliomyélite envahit le système nerveux et peut provoquer une paralysie permanente en quelques heures.

Elle ne peut pas être traitée, mais l’infection peut être prévenue par la vaccination – et une diminution significative des cas dans le monde ces dernières années est en fait due à des campagnes de vaccination nationales et locales extrêmes chez les nourrissons et les enfants.

L’OMS soutient des vaccinations à grande échelle ciblant
des millions d’enfants à travers l’Afrique australe pour stopper la propagation
de l’infection sur le continent, qui a été déclaré indemne de
la poliomyélite sauvage indigène en 2020 après avoir éliminé toutes les formes de
virus sauvage en Afrique.

Le séquençage génomique suggère que le cas nouvellement vérifié est
lié ​​à un stress qui a commencé circulant au Pakistan en 2019,
comparable au cas signalé au Malawi cette année, a ajouté l’OMS.

Dans les populations non vaccinées, les virus de la poliomyélite peuvent réapparaître et
se propager rapidement.

Des cas de poliomyélite dérivée d’un vaccin peuvent également survenir dans
des endroits où la résistance est faible et où l’assainissement est mauvais, car
les personnes vaccinées peuvent excréter le virus, mettant les
non vaccinés menacé.

Source : TRTWorld et entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici