lundi, 6 février 2023

Le Premier ministre grec a utilisé une agence d’espionnage pour mettre sur écoute des généraux et d’autres responsables clés: rapport

L’agence de renseignement grecque a espionné des généraux de haut rang dans les forces armées, des législateurs, des hommes d’affaires et des journalistes, a rapporté un quotidien grec local.

Les nouvelles révélations émergent dans le contexte d’un autre scandale majeur de surveillance qui a secoué le pays au cours des derniers mois.

Les services de renseignement nationaux (EYP), qui opèrent directement sous le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, ont mis sur écoute le chef d’état-major général Konstantinos Floros, le chef des forces terrestres Charalambos Lalousis et le directeur général des investissements et de l’armement de la défense Thodoris Lagios, le Documento quotidien rapporté dimanche.

Il a ajouté que d’éminentes personnalités du monde des affaires Panagiotis Kanellopoulos et George Filiopoulos, les journalistes George Tragas et Aris Spinos, la députée européenne Eva Kaili et Yannis Zervakis, conseiller principal du Premier ministre sur la société civile, ont également été victimes de EYP espionnage.

Le Premier ministre Mitsotakis semble avoir été impliqué dans la surveillance illégale de « personnes ayant des rôles institutionnels et fait tout pour éviter d’être exposé », a allégué le quotidien grec, citant des « sources fiables » recoupées.< /p>

Les infractions pénales, qui, selon le rapport, incluent la haute trahison et l’espionnage, ont été commises sous prétexte de sécurité nationale et ont demandé qu’elles fassent l’objet d’une enquête par les plus hautes juridictions compétentes.

Selon le rapport, Mitsotakis, en tant que chef politique de l’EYP, pourrait lever les mesures restreignant l’accès aux informations susceptibles d’aider l’enquête.

Pendant ce temps, le principal parti d’opposition SYRIZA-PS a sévèrement critiqué le gouvernement après les dernières révélations de Documento.

S’adressant aux journalistes à la suite d’une visite à Isidoros Dogiako, procureur de la Cour suprême du pays, le chef du parti Alexis Tsipras a déclaré que « l’information accusait Mitsotakis de transformer l’EYP en centre d’une organisation paraétatique ».< /p>

Ce sont les dernières révélations concernant un scandale qui a éclaté le 4 août lorsque Panagiotis Kontoleon, alors chef du service de renseignement, a déclaré à une commission parlementaire que l’EYP avait espionné le journaliste financier Thanasis Koukakis.< /p>

Le 5 août, Kontoleon, ainsi que le secrétaire général du bureau du Premier ministre, Grigoris Dimitriadis, ont démissionné de leurs fonctions.

Le Premier ministre Mitsotakis a reconnu quelques jours plus tard que le politicien de l’opposition Nikos Androulakis avait également été mis sur écoute par l’EYP, mais a nié avoir eu connaissance de l’opération.

Une enquête parlementaire a été lancée après qu’Androulakis se soit plaint auprès des principaux procureurs d’une tentative de piratage de son téléphone portable avec le logiciel espion Predator.

Au début du mois dernier, Documento a publié une liste de 33 personnes qui auraient été espionnées par l’EYP sur les ordres directs de Dimitriadis, qui comprenait les noms du ministre des affaires étrangères, du vice-ministre de la défense, du ministre du développement, du travail ministre, ministre des Finances et plusieurs anciens hauts responsables du gouvernement et de la sécurité.

Source : AA

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici