samedi, 1 octobre 2022

Les efforts d’un chef afghan-néerlandais pour préserver un ancien mode de vie

Le sultan Mahmud Hassani sourit en se remémorant avec tendresse et une pointe de nostalgie la façon dont sa mère cuisinait l’ashak (raviolis), un plat populaire de son Afghanistan natal.

Pour Hassani, un chef en ligne et entrepreneur afghano-néerlandais à Maastricht, aux Pays-Bas, Ashak est un plat qui prend du temps à préparer, mais qui lui tient extrêmement à cœur.

Il se souvient comment sa mère préparait la pâte pour les boulettes correctement et régulièrement, puis les remplissait soigneusement d’oignons verts et de sauce tomate avant de les cuire à la vapeur.

Une fois cela fait, elle garnissait les boulettes moelleuses de yaourt et de feuilles de menthe séchées qui ne manquaient jamais d’apporter une bouffée de délice à leur maison.

« Je pourrais consommer Ashak tous les jours, » Hassani, 36 ans, déclare.

Le plat unique d’Ashak est en fait transmis depuis 3 générations. Et c’est désormais à Hassani de le préserver.

Hassani est né à Kaboul, où sa famille a vécu jusqu’en 1993. La guerre civile de l’ère post-soviétique des années 1990 les a obligés à s’enfuir au Pakistan, où il a vécu pendant deux ans.

Ils ont ensuite déménagé en Ouzbékistan, y investissant quatre ans avant de s’installer aux Pays-Bas. Hassani se souvient clairement des événements avec ses cousins ​​chez ses grands-parents en Afghanistan pour le déjeuner lors d’occasions spéciales comme l’Aïd, une fête musulmane.

 » L’environnement, les rires, ça nous a réunis. La nourriture était familiale. C’était notre joie de tous les jours », déclare Hassani.  » La culture alimentaire afghane est abondante, il faut des années de pratique pour comprendre comment cuisiner des plats afghans. Mais j’ai toujours pensé à cuisiner, même quand j’étais enfant « , raconte Hassani à TRT World.

« Mon frère et moi avions l’habitude de rassembler tous les enfants de notre quartier à Kaboul et de leur faire cuire des œufs. « 

Aujourd’hui, Hassani appelle encore sa mère pour lui poser des questions comme , « est-ce que je mets les oignons au départ ou la viande ? »

Avec près de 57 000 fans sur TikTok (@chendawul) et 12 000 sur Instagram (@silkcooking) Hassani partage de courtes vidéos de cuisine de plats et de plats afghans, dans l’espoir de préserver la culture alimentaire afghane. Ses fans continuent de grandir.

« Je fais beaucoup de recherches avant de tourner un plat. Je lis à ce sujet, j’en parle à ma mère et j’essaie plusieurs fois avant de le filmer. »

Hassani a inclus sa mère, Parwin Zamani, la recette ménagère de Qabli Palaw – du riz à grains longs cuit à la vapeur avec de l’agneau et aromatisé avec des épices uniques – dans l’une de ses vidéos de son livre de cuisine Saphar : une aventure culinaire à travers l’Afghanistan .

Le livre emmène les lecteurs dans un voyage culinaire à travers le pays.

Il est rempli de recettes authentiques transmises par les excellents grands-parents de Zamani, ainsi que d’histoires intimes de sa vie en Afghanistan.

 » Ce livre n’est pas seulement destiné à ceux qui veulent en savoir plus sur les traditions, la culture alimentaire et la cuisine afghanes ; c’est également une méthode de conservation des plats anciens et de leur signification pour tous ces enfants qui ne l’étaient pas. la chance d’apprendre le métier auprès de leur famille « , a déclaré Zamani lors du lancement du livre en mai de cette année.

Dans la vidéo, Hassani fait soigneusement frire du mouton dans de l’huile et le maintient séparé.

Ensuite, il a sauté des oignons, de l’ail et du cumin dans la même huile et a inclus à nouveau les morceaux légers pour lui donner un goût approprié.

Le Palaw (riz) cuit à la vapeur, qui est parfumé avec des gousses de cardamome, des bâtons de cannelle et des clous de girofle, est combiné avec l’agneau cuit, puis tout le plat est orné de carottes et de raisins secs très finement hachés.

 » Notre nourriture est ce que nous avons. Elle est ce qui fait de nous des Afghans. Cela nous lie. Notre culture alimentaire est l’âme de notre nation », ajoute Hassani.

Une autre vidéo récente qui a en fait atteint un million de vues sur TikTok est sur Ayran, généralement appelé Doogh en Afghanistan. Une boisson au yaourt un peu salée, froide et rafraîchissante, également connue sous le nom de Dhalle, Cacik, Mastaw ou lassi, et populaire en Asie centrale, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Méditerranée.

Chaque région a sa version. Par exemple, il est servi en Afghanistan avec de la menthe séchée, du sel et du concombre.

Hassani se souvient comment son grand-père l’a emmené une fois au marché pour acheter quelques concombres pour faire du doogh à la maison, mais ils ont fini par faire du tourisme et essayer la cuisine de rue traditionnelle afghane toute la journée.

« Nous sommes rentrés chez nous sans concombres. Ce fut une journée magnifique qui est encore gravée dans mon esprit », a-t-il déclaré.

Un an après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans, Hassani s’inquiète que la culture et la tradition afghanes se détériorent rapidement à mesure que les individus se concentrent davantage sur leurs combats quotidiens.

 » L’économie s’effondre. Les difficultés sont à leur comble. Le manque d’éducation… et le manque de nourriture… tout cela est très déchirant pour moi », déclare Hassani.

 » Le secteur culturel, tout le marché du divertissement culturel et à domicile, a en fait fermé ses portes. Les individus n’ont ni ressources ni moyens pour s’y investir. »

Hassani, à travers sa création de matériel alimentaire afghan en ligne, et sa maman Zamani, à travers son livre, veulent maintenir une partie de leur culture.

 » Le monde avance vite et l’Afghanistan recule. J’ai l’impression que nous perdons notre culture. C’est pourquoi j’ai lancé cette petite initiative « , déclare-t-il.

« Nous ne pouvons pas faire grand-chose car la guerre et les conflits nous ont été causés pendant des années. Nous sommes responsables de préserver notre identité en tant qu’Afghans et de nous assurer de la transmettre à la prochaine génération. »

Source : TRT World

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici