vendredi, 1 mars 2024

Les électeurs brésiliens bombardés de désinformation avant le second tour de la présidentielle

Les électeurs brésiliens sont bombardés de fausses informations en ligne moins d’une semaine avant de choisir leur prochain chef.

Des individus sur les réseaux sociaux disent, à tort, que la perspective de gauche dans les élections gouvernementales brésiliennes prévoit de fermer les églises si elle est choisie. Il y a des mensonges selon lesquels Luiz Inacio Lula da Silva souhaite laisser les hommes utiliser les toilettes des écoles publiques à côté des petites femmes.

Et ils déclarent à tort que le président de droite Jair Bolsonaro a fait des commentaires avouant du cannibalisme.

L’assaut de fausses rumeurs a aidé le Brésil à adopter la semaine dernière ce que certains spécialistes appellent la les limites les plus strictes de la parole dans la jeune démocratie du pays.

C’est un dilemme présenté par les réseaux sociaux à travers le monde, en particulier dans les pays aux prises avec l’intersection entre l’innovation contemporaine et la liberté d’expression. Le Brésil a adopté une méthode particulièrement brutale.

Les experts affirment que ce faisant, les autorités ont soulevé des questions sur l’engagement du pays en faveur d’une liberté d’expression totale.

 » Ce qui se passe au Brésil , sur Facebook, YouTube et d’autres plateformes semble très comparable à ce qui se passait aux autour des élections de 2020 « , a déclaré Vicky Wyatt, directrice de projet au sein du groupe activiste américain SumOfUs.

 » Un message spécifique peut ne pas avoir autant de portée, mais progressivement, avoir ce goutte-à-goutte constant a des effets négatifs. « 

Globalement, les chaînes conservatrices produisent plus de matériel– et plus matériel incorrect et gênant également.

Selon un décompte de l’institut Igarape, au cours des huit jours précédant et suivant le vote du premier tour du 2 octobre, les chaînes YouTube d’extrême droite ont enregistré 99 millions de vues alors qu’elles étaient de gauche les chaînes avaient 28 millions de vues.

Les experts politiques et l’opposition ont en fait révélé des inquiétudes que Bols L’armée Internet d’Onaro pourrait l’aider à contester les résultats s’il perd, en répandant des allégations de fraude non prouvées.

La Cour supérieure électorale, la plus haute autorité électorale du pays, a révélé jeudi qu’elle interdirait les « erreurs ou graves  » matériel  » décontextualisé qui impacte la stabilité du processus électoral.  »

Aucune demande d’un procureur de district ou d’un plaignant n’est essentielle pour que le tribunal agisse.

Dans les jours qui ont précédé et juste après le second tour de l’élection d’octobre Le 30 mars, les entreprises de médias sociaux comme YouTube et Meta, propriétaires de et d’Instagram, ne se verront offrir qu’une heure, bien moins de temps qu’auparavant, pour éliminer les contenus gênants.

Les plates-formes non conformes traiteront avec des amendes allant jusqu’à 28 000 $ de l’heure et éventuellement être bloqué sur les serveurs brésiliens pendant environ 24 heures.

Bolsonaro affirme depuis longtemps que le système de vote électronique du pays a en fait été utilisé pour commettre des escroqueries — bien qu’il ait en fait cessé de travailler à plusieurs reprises pour produire des preuves. Il a en fait mentionné le fait que des pirates informatiques avaient pénétré une fois dans le système informatique de la commission électorale.

Le tribunal électoral a déclaré que les pirates n’avaient pu voter -informations de comptage.

En conséquence, des informations incorrectes ou trompeuses sur la fiabilité du Les appareils électroniques du pays se sont également répandus sur les réseaux sociaux.

La Cour suprême et quelques-uns de ses juges ont également été victimes de la guerre de désinformation, avec une menace de violence contre les filles des juges. De nombreuses autres personnes ont demandé la fermeture de l’organisation.

L’année dernière, le tribunal a ouvert une enquête sur un réseau en ligne qu’il accusait de diffuser des informations diffamatoires et des dangers contre ses juges, les autorités ayant exécuté plus de 2 une douzaine de perquisitions et de mandats de saisie.

Les deux campagnes de cette année ont en fait déposé des plaintes auprès du tribunal électoral alléguant de la désinformation et ont en fait obtenu des ordonnances judiciaires pour le bloquer ou l’éliminer.

Problèmes soumis par le tribunal électoral avec des plateformes en ligne ont augmenté de 1 671 % par rapport aux élections locales de 2020, a récemment déclaré le tribunal électoral.

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici