samedi, 19 juin 2021

Les signent un accord de 1,2 million de dollars pour acheter 1,7 million de cours de la pilule Covid-19 de Merck

Les ne concluront l’accord que si le médicament molnupiravir reçoit une autorisation d’utilisation d’urgence ou une approbation complète de la Food and Drug Administration.

Les États-Unis ont annoncé un accord avec Merck pour acheter 1,7 million de cures d’une pilule antivirale expérimentale contre Covid-19.

L’accord de 1,2 milliard de dollars concerne un médicament appelé molnupiravir, qui est actuellement testé dans le cadre d’un essai clinique mondial de phase 3 sur 1 850 personnes, avec des résultats attendus d’ici l’automne.

« Cet accord fait partie de l’ensemble de l’administration Biden -du gouvernement pour développer de nouveaux traitements Covid-19 et pour répondre aux besoins de santé du public », a déclaré le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Les US ne concluront la transaction que si le molnupiravir reçoit un autorisation d’utilisation d’urgence ou approbation complète par la Food and Drug Administration.

Le molnupiravir est prometteur mais la recherche fait défaut

Rob Davis, président de Merck, a ajouté que la société « est ravie de collaborer avec le gouvernement américain sur ce nouvel accord qui fournira aux Américains un accès Covid-19 au molnupiravir. »

La société espère avoir plus de 10 millions de cures du traitement de cinq jours disponibles d’ici la fin de 2021.

Le molnupiravir, que Merck développe en partenariat avec Ridgeback Biotherapeutics, est l’un des nombreux antiviraux oraux expérimentaux testés contre Covid-19.

Les experts disent que cela est nécessaire car tout le monde ne répond pas bien aux vaccins Covid-19, et l’accès aux vaccins reste un problème majeur pour une grande partie du monde.

Le molnupiravir appartient à une classe d’antiviraux appelés inhibiteurs de la polymérase, qui agissent en ciblant une enzyme dont les virus ont besoin pour copier leur matériel génétique et en introduisant des mutations qui les empêchent de se répliquer.

Il a également montré son efficacité dans des études de laboratoire contre d’autres virus tels que la grippe, Ebola et le virus de l’encéphalite équine vénézuélienne, mais n’a été autorisé ou approuvé pour aucune de ces maladies.

Les premiers résultats d’un essai de phase 2 ont montré que, parmi des dizaines de volontaires testés positifs au début, aucun de ceux qui ont reçu du molnupiravir n’avait de virus détectable au cinquième jour, alors qu’un quart de ceux qui ont reçu un placebo en avaient.< /p>

Les chiffres sont prometteurs mais l’échantillon est trop petit pour tirer des conclusions définitives, c’est pourquoi il est actuellement étudié dans un groupe beaucoup plus large.

S’ils s’avèrent efficaces, les antiviraux contre Covid-19 seront plus efficaces dans la fenêtre étroite après qu’une personne ait été testée positive mais avant que la maladie ne devienne grave.

À ce stade, une grande partie des dommages causés à la santé des patients provient de leur propre système immunitaire qui s’emballe et endommage leurs organes, plutôt que de la réplication virale.

D’autres efforts notables incluent des antiviraux développés par Roche en collaboration avec Atea, et un autre par Pfizer qui a été développé spécifiquement contre Covid-19.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici