dimanche, 20 juin 2021

Les Israéliens sont les victimes de leurs propres médias

Dans une société militarisée comme Israël, même les médias servent à perpétuer une profession brutale et à renforcer les illusions sionistes.

« In Israël, il n’y a pas de loi qui dit : Vissez les Arabes, et pourtant, nous continuons à être foutus dans tous les aspects de la vie », a déclaré un de mes amis militants. « Le facteur derrière tout cela est très simple : le rêve de l’hégémonie cumulative. »

Bien qu’aucune loi n’impose explicitement, activement et directement la discrimination contre les résidents palestiniens d’Israël, il existe 65 lois préjudiciables contre les Palestiniens, et toutes 1,9 million de résidents palestiniens d’Israël sont marginalisés dans presque tous les aspects de la vie.

Tout au long de la récente attaque à Gaza et au milieu des expulsions imminentes de Palestiniens à Jérusalem, une forme moins connue de racisme et de discrimination a levé sa tête hideuse : incitation à la violence contre les Palestiniens dans les médias grand public.

Les radiodiffuseurs israéliens ont attaqué les visiteurs palestiniens, ne leur ont pas permis de s’exprimer librement et ont contacté des Israéliens pour tuer des Palestiniens à vue.

Lors de nombreux événements, les Palestiniens ont été présentés comme des « invités » uniquement pour être invités à condamner leurs compatriotes palestiniens par un présentateur ou un panéliste israélien assoiffé de sang.

Perpétuer la fantaisie sioniste

Pa Les citoyens lestiniens de l’État représentent près de 20 % de la population d’Israël, mais ne représentent que 3 à 4 % des invités dans les émissions d’information à la télévision et à la radio, selon le 7e œil, un chien de garde des médias israéliens.

Même lorsqu’ils sont invités, c’est pour discuter de questions politiques liées à leurs communautés. Près de 30 % des travailleurs de la santé en Israël sont des Palestiniens, mais il est presque impossible de voir un médecin arabe en tant qu’invité dans un programme de santé, par exemple.

En Israël, les Israéliens juifs mûrissent dans le système d’éducation public non seulement ne pas découvrir l’arabe, mais ne sachant pratiquement rien de l’identité nationale, de l’histoire, de l’histoire ou de la culture de leurs voisins et peuples arabes, les descendants des Palestiniens qui ont traversé la Nakba en 1948.

Il s’agit d’une sorte de partition culturelle soutenue par l’establishment pour maintenir les Palestiniens privés de leurs droits et maintenir une relation maître-esclave entre eux.

Les Arabes occupent généralement des postes de service, et peu importe à quel point ils sont informés, l’Israélien moyen plutôt les voir comme un fournisseur. Lorsqu’il s’agit d’éditeurs, de producteurs, de présentateurs et de décideurs dans les médias, ils font également partie du système déclaré.

L’absence de compréhension n’est pas et ne peut pas être le seul facteur de discrimination dans le médias. L’intérêt devient une partie de l’humanité et un élément essentiel du journalisme – alors pourquoi les médias israéliens ne sont-ils pas curieux d’en savoir plus sur les Palestiniens et d’aider à informer leurs compatriotes israéliens ?

La réponse est le rêve commun du Israéliens dominants hégémoniques, qui découle de l’idéologie coloniale des colons du sionisme. Selon ce fantasme, l’État juif est l’incarnation du retour à la terre promise – une terre qui n’appartient qu’aux individus juifs. Peu importe qu’il ait été développé sur la souffrance d’un tout autre pays.

Cependant, cette nation – la nation palestinienne – est toujours en vie, et elle lutte pour simplement exister depuis 73 ans. .

Si les Palestiniens s’expriment et expriment leur douleur ou leur récit, l’illusion sioniste partagée ne ressemble plus à une histoire aussi excellente et positive. Alors pourquoi gâcher une histoire que tout un cumul colonial a travaillé si dur pour construire et convaincre les autres de son authenticité et de sa philosophie ?

Et cela ne s’arrête pas là. Chaque fois qu’il y a une escalade entre Israël et Gaza, la Cisjordanie et le peuple palestinien, les médias se rangent derrière le représentant de l’armée israélienne.

Par exemple, pendant les premiers jours de l’assaut actuel à Gaza, pratiquement personne dans les médias n’a expliqué le fait que Netanyahu l’avait en fait géré à son profit au milieu d’une crise du gouvernement fédéral, même si cela était évident pour beaucoup de Palestiniens et de politiciens israéliens de gauche. Au lieu de cela, de nombreuses chaînes de TÉLÉVISION ont dupliqué les messages du gouvernement fédéral Netanyahu.

Cela se produit car Israël est une société militarisée. Presque tout le monde sert dans l’armée, et les enfants apprennent dès leur plus jeune âge qu’ils serviront leur nation et la « protégeront ».

Peu importe que « la sauvegarder » signifie généralement occuper d’autres personnes et mettre des millions sous siège interdit et contraire à l’éthique.

Une société militarisée soutiendra les actions de son gouvernement sans se poser de questions. Ses médias ne peuvent pas être différents.

Et qu’arrive-t-il aux très rares journalistes qui décident de révéler l’humanité et de sympathiser avec les Palestiniens sous les bombardements ? Ils se font agresser. Vicieusement.

Voici une histoire : Yonit Levy, une présentatrice de télévision de premier plan de la chaîne la plus populaire d’Israël, a parlé à une Palestinienne à Gaza tout au long du massacre de 2014. Levy a détruit ce qui doit être une réaction humaine compréhensible à l’histoire de chagrin et de perte de la femme. Ce qui a suivi plus tard était impensable : les Israéliens ont agressé Levy pour sa démonstration de compassion envers un autre humain souffrant, certains appelant à son licenciement immédiat.

C’est dommage que si extrêmement de couples voient que les victimes de cela sont pas seulement les Palestiniens – nous connaissons nos histoires et notre récit depuis que nous les vivons. Les victimes indirectes sont le peuple israélien, condamné à rester dans l’ignorance, connaissant très peu les Palestiniens sous un régime raciste et injuste.

Avertissement : Les perspectives révélées par les auteurs ne sont pas toujours montrer les opinions, les perspectives et les politiques éditoriales de TRT World.

Nous accueillons tous les pitchs et soumissions à TRT World Viewpoint – veuillez les envoyer par e-mail, à opinion.editorial@L’ Entrepreneur.com!.?.!.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici