dimanche, 29 janvier 2023

Les tensions se sont propagées à d’autres États du Soudan alors que des affrontements tribaux meurtriers font rage

Le bilan des affrontements
tribaux provoqués par des conflits territoriaux dans l’État du Nil Bleu
au sud-est du Soudan est en fait passé à un minimum de 64, avec le long stress qui s’est répandu dans certains
autres États.

Au moins 64 personnes ont été tuées et des centaines blessées, au milieu d’une extrême pénurie de produits médicaux en situation d’urgence, Des sources célestes, la capitale de l’État du Nil, ont déclaré lundi Damazine.

Dans la ville de Roseires, également dans le Nil Bleu, les affrontements se sont poursuivis lundi avec un certain nombre de maisons incendiées, selon des témoins. D’autres ont déclaré que de grands groupes d’individus avaient en fait commencé à déplacer des voitures et à pied vers l’État voisin de Sennar.

Un couvre-feu a été imposé à Damazine et à Roseires, et les forces de sécurité ont été libérées à la suite de combats entre les Haoussa et les Funj qui a commencé la semaine dernière.

Des membres du peuple haoussa, dont les membres vivent dans des fermes à travers le pays, ont organisé des manifestations qui sont devenues violentes dans 2 autres États, ont déclaré des témoins.

Les témoins ont déclaré des manifestants à Kassala ont incendié un certain nombre de bâtiments gouvernementaux et les forces de sécurité ont tiré en l’air pour disperser la foule.

À Madani, capitale de l’État de Gezira, des manifestants ont bloqué une route principale et un pont et ont également rencontré d’autres manifestants, a déclaré un témoin.

Les tensions Funj-Haoussa ont dégénéré à la suite d’allégations
du Funj , qui vivent depuis longtemps dans l’État du Nil Bleu, que les
Hausa essayaient de revendiquer des parties de leurs terres.

Il y a de réels Il y a également eu des violences erratiques dans les régions côtières orientales et dans l’ouest du Darfour malgré une offre de paix à travers le pays
signée par certains groupes rebelles à Juba en 2020.

Les chefs militaires, qui a pris le pouvoir en octobre 2021 en disant
qu’ils voulaient protéger la stabilité de la nation, ont en fait déclaré qu’ils
travaillaient pour soutenir l’offre de paix.

Les manifestants ont en fait accusé les dirigeants militaires de ne pas avoir
protéger les civils et attiser les conflits tribaux.

Le membre du Conseil souverain au pouvoir, Malik Agar, a déclaré dimanche
que le souci était de ramener la stabilité et la sécurité dans
les zones déchirées par les conflits.

Il a ajouté qu’il n’était pas question de modifier la composition
du groupe ou de « priver… les propriétaires initiaux de leurs droits historiques
».

Les professionnels disent un coup d’État militaire mené par le chef de l’armée Abdel Fattah al Burhan en octobre 2021, a produit un vide sécuritaire qui a en fait favorisé un renouveau de la violence tribale, dans un pays où la violence meurtrière les cendres éclatent fréquemment sur la terre, les animaux, l’accès à l’eau et les pâturages.

Source : TRTWorld et entreprises

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici