mercredi, 24 avril 2024

«Lingui» fait ses débuts à Cannes avec l’histoire de la bataille d’une adolescente pour l’avortement au Tchad

Le film est en lice pour les récompenses lors de la célébration de Cannes, qui se déroule sur la Côte d’Azur, qui se déroule jusqu’au 17 juillet.

Le réalisateur derrière ‘Lingui’, une entrée au Festival de Cannes sur le combat d’une adolescente au Tchad pour obtenir un avortement, espère que l’histoire résonnera bien au-delà de la nation africaine, comprenant des endroits comme les États-Unis, où il y a des mouvements anti-avortement vocaux .

Mahamet-Saleh Haroun a déclaré vendredi qu’il avait été inspiré pour vérifier l’inquiétude après avoir lu des histoires sur des enfants abandonnés ou éliminés par leurs jeunes mères au Tchad, où l’avortement n’est autorisé que dans des cas particuliers où une femme la vie reste en danger.

 » S’adressant aux femmes, il s’avère que ce sont des luttes qu’elles traversent depuis tant d’années « , a déclaré Haroun à Reuters dans une interview.  » Mais ils n’en discutent pas, parce que c’est scandaleux, c’est tabou. « 

‘Lingui’– qui se traduit par ‘Les Liens Sacrés’, une recommandation à un moment donné du film sur les liens familiaux, se concentre sur la mère célibataire Amina qui a été stigmatisée toute sa vie et qui a peur lorsque sa propre fille de 15 ans tombe enceinte.

Au départ horrifié à l’idée d’aller à l’encontre des concepts islamiques, elle finit par tenter d’aider sa fille Maria, alors qu’elle gère ses luttes quotidiennes de la vie aux frontières de N’djamena.

Les couleurs et les sons de la tentaculaire capitale tchadienne sont fortement animés, dans un décor infusé de lumière pour leur désespoir croissant.

 » Ce problème affecte aujourd’hui un grand nombre de nations — que ce soit en Amérique latine, même aux États-Unis, il y a des gens qui sont contre, au Maroc, partout — je pense que cette voix du Tchad peut également parler à d’autres individus à travers le monde », a déclaré Haroun.

Le réalisateur a traité avec des stars non professionnelles, qui ont dit qu’elles étaient en fait également liées à l’histoire du décor. Achouackh Abakar Souleymane, qui joue Amina, a déclaré qu’elle était mère célibataire d’un bébé de trois mois au moment de l’enregistrement.

« J’ai compris à quel point nous devons lutter », a-t-elle déclaré.

Le film est en lice pour les récompenses au festival de Cannes, qui se déroule sur la Côte d’Azur, et qui se déroule jusqu’au 17 juillet.

Haroun a déjà remporté des différences dans la compétition.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici