dimanche, 14 août 2022

L’interdiction de l’UE sur le pétrole russe, expliquée

L’Union européenne a convenu lundi d’un sixième ensemble de sanctions contre la Russie qui consistera en une restriction quasi totale des importations de pétrole russe vers le bloc .

« Nous voulons arrêter le dispositif de guerre russe et réduire le financement de la capacité militaire russe », a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel, après des entretiens nocturnes à Bruxelles. Il a déclaré que 75 % des importations de pétrole russe dans l’UE seraient instantanément affectées et que la restriction devrait couvrir 90 % de toutes les importations de pétrole en provenance de Russie d’ici la fin de l’année.

Dans le cadre de la nouveau paquet de sanctions, l’UE a également supprimé l’accès aux paiements Swift pour la plus grande russe, Sberbank, et interdit 3 autres radiodiffuseurs publics russes. Michel a également révélé un nouveau plan d’aide de 9 milliards d’euros pour l’Ukraine.

Les dirigeants de l’UE sont parvenus à un compromis qui excusera le transfert du pétrole russe via l’oléoduc Druzhba de l’ère soviétique vers la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque de l’embargo. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban était en fait le plus farouche opposant au plan depuis que la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, a déclaré pour la première fois que les pays de l’UE devaient cesser d’acheter du pétrole russe d’ici la fin de l’année.

Lundi soir, Orban a déclaré aux journalistes que « l’option du pipeline est acceptable » alors que les dirigeants européens sont parvenus à un compromis selon lequel la restriction n’affecterait que le pétrole arrivant par voie maritime.

La Russie fournit actuellement environ 25 pour cent des importations de pétrole de l’UE et 40 % de son gaz.

Les pays de l’UE n’ont jusqu’à présent pas appliqué de sanctions sur les importations de gaz russe, bien que l’Allemagne ait gelé la certification du gazoduc Nord Stream 2 traversant la mer Baltique et financé par la société d’État russe Gazprom.

La Russie a demandé aux « pays hostiles » de dépenser du gaz en roubles russes et a coupé l’approvisionnement en gaz de la Pologne, de la Bulgarie et de la Finlande en réaction à leur refus de se conformer à la demande. Le 31 mai, Gazprom a également coupé l’approvisionnement des Pays-Bas, dont le grossiste GasTerra a déclaré que les produits gaziers ne seraient pas affectés puisque l’entreprise avait actuellement acheté du gaz ailleurs.

Von Der Leyen a qualifié le contrat de « pas en avant important ». . »

« L’embargo de l’UE va porter un coup dur à la Russie, qui sera obligée de découvrir de nouvelles routes pour son pétrole et de le vendre à un taux d’escompte substantiel », a déclaré Simone Tagliapietra, experte au Groupe de réflexion bruxellois Bruegel.

« L’UE doit maintenant se préparer à des actions vindicatives ultimes contre le gaz naturel de la part de la Russie. Pour cela, une forte coordination est nécessaire au niveau de l’UE pour se préparer à une éventuelle perturbation de tous les gaz russes vers l’Europe », a-t-il ajouté.

Des responsables et analystes ukrainiens ont en fait critiqué la dernière série de sanctions comme étant partielle et ne consistant pas en gaz.

« Si vous me demandez, je dirais beaucoup trop lent, beaucoup trop tard et définitivement inadéquat », a déclaré Ihor Zhovkva, chef adjoint du bureau du président Volodymyr Zelenskiy, a déclaré.

Le président russe Vladimir Poutine avait en fait précédemment déclaré les sanctions de l’UE sur la Russie étaient un « suicide économique » pour le bloc.

La dépendance de l’ sur la Russie pour ses besoins énergétiques ont en fait déclenché une crise du coût de la vie qui a en fait touché les consommateurs de tout le continent.

Dans le cadre de la stratégie REPowerEU, visant à minimiser la dépendance vis-à-vis du gaz et du pétrole russes, le bloc vise à réduire de deux tiers les produits du gaz russe d’ici la fin de 2022. La stratégie consiste à accélérer le déploiement -en dehors des tâches liées aux ressources renouvelables, l’UE se prépare néanmoins à court terme à intensifier les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) provenant de sources non russes. L’UE a en fait récemment conclu un accord avec les pour acheter 15 milliards de mètres cubes supplémentaires de son GNL, et traite des accords avec l’Égypte et Israël pour garantir des approvisionnements supplémentaires.

Le plan a été critiqué par des groupes écologistes, qui déclarent qu’il ne parvient pas à mettre fin à la dépendance de l’ aux combustibles fossiles, et qu’il « remplira davantage les poches » des géants mondiaux de l’énergie comme Shell et Saudi Aramco.

Source : TRT World

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici