samedi, 10 décembre 2022

L’Iran limite l’accès à Internet alors que les manifestations croissantes font 11 morts

L’Iran a limité l’accès à Internet après des jours de manifestations qui ont fait au moins 11 morts, suite à la mort d’une jeune fille sous la garde de la moralité flics.

Trois portiers ont été poignardés ou abattus après avoir été « mobilisés pour gérer les émeutiers », à Mashhad dans le nord-est, à Qazvin dans le centre et à Tabriz dans le nord-ouest, ont rapporté jeudi les agences de presse iraniennes.

Un quatrième membre des forces de sécurité a été éliminé dans la ville méridionale de Chiraz, ont-ils déclaré, ajoutant qu’un manifestant avait également été poignardé à mort à Qazvin.

Des responsables iraniens avaient a autrefois vérifié la mort de 6 manifestants.

4 sont morts au Kurdistan, la province natale de Mahsa Amini, la jeune femme dont la mort a récemment activé les protestations, et 2 à Kermanshah, une autre province avec une importante communauté kurde.

Les autorités iraniennes ont en fait rejeté toute implication dans la mort de manifestants.

Sans aucun indiquant que les manifestations s’atténuaient, l’Iran a bloqué l’accès à Instagram et WhatsApp et imposé des restrictions extrêmes à l’accès au Web.

« Conformément à un choix des autorités, il n’a en fait plus été possible d’accéder à Instagram en Iran parce qu’hier (mercredi) soir et l’accès à WhatsApp est également interrompu », a rapporté l’agence de presse semi-officielle Fars.

Les deux applications ont été les plus utilisées en Iran après le blocage d’autres plateformes. ces dernières années, composé de Facebook, Twitter, Telegram, YouTube et Tiktok.

L’accès au Web en Iran est fortement limité par les filtres gouvernementaux et seuls ceux qui disposent de VPN peuvent accéder au contenu non censuré des sites Web étrangers.

Des manifestants à Téhéran et dans d’autres villes iraniennes ont incendié des postes de police et des véhicules jeudi alors que les troubles s’intensifiaient.

Amini, 22 ans, est décédé récemment après avoir été arrêté à Téhéran pour avoir porté des « vêtements inappropriés ». Elle est tombée dans le coma pendant sa détention. Les autorités ont déclaré qu’elles allaient ouvrir une enquête sur les raisons de sa mort.

L’événement a déclenché une colère considérable dans la population et les pires manifestations en Iran depuis 2019. Les manifestations ont infecté la capitale et au moins 50 villes et villages du pays, les autorités ayant recours à la force pour répartir les manifestants.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici