jeudi, 18 août 2022

L’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU n’a pas eu accès aux données nucléaires iraniennes depuis février

L’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU ou AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) a déclaré lundi qu’il n’avait pas eu accès à des informations cruciales pour suivre le programme nucléaire iranien depuis février.

Le La République islamique a commencé à limiter les examens mondiaux de ses installations. Le rapport du chef de l’AIEA Rafael Grossi a déclaré que l’Iran n’a pas eu la possibilité de discuter des traces d’uranium traité trouvées sur plusieurs sites Web non déclarés.

Le chef de l’AIEA Grossi a alerté sur le non-respect par Téhéran de l’accord de 2015 pendant des semaines. L’ancien président américain Donald s’est retiré du Plan d’action global conjoint ou JCPOA en 2018. Cela a entraîné des retombées entre Téhéran et Washington. Des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis, par l’intermédiaire de nations, dont d’autres signataires de l’offre étaient en cours depuis avril.

Le rapport de l’AIEA a déclaré que l’Iran a produit plus de 2,4 kilogrammes d’uranium presque de qualité militaire, a rapporté Reuters.

Lundi, l’Iran a déclaré qu’il ne renouvellerait pas son accord d’évaluation avec AIEA.

« Après de nombreux mois, l’Iran n’a effectivement fourni l’explication requise de la présence de particules de matière nucléaire à aucun des 3 endroits où la Firme a effectué des accès complémentaires », a vérifié le rapport de Grossi. Le rapport indiquait également que le stock de l’Iran était de 3 241 kg, mais le montant n’a pas pu être validé. Le JCPOA autorise l’Iran à conserver un stock total de 202,8 kilogrammes d’uranium enrichi.

Cela dépendrait désormais de La Grande-Bretagne, la et l’Allemagne doivent décider de poursuivre ou non la stratégie de poursuite des règlements pour réintégrer les dans l’accord, à la lumière de la toute nouvelle découverte. Le rapport de l’AIEA pourrait rétablir la tension sur les relations diplomatiques entre l’Iran et les pays occidentaux.

Le rapport de Grossi a déclaré que « les discussions techniques entre l’Agence (AIEA) et l’Iran n’ont en fait pas donné les résultats escomptés ».

Le représentant du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré lundi que si certaines préoccupations essentielles doivent encore être résolues, des progrès significatifs ont effectivement été réalisés en vue de restaurer l’offre 2015. L’Iran a commencé à restreindre les évaluations pour faire pression sur l’administration Biden afin qu’elle augmente les sanctions commerciales imposées par l’administration en 2018.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici