dimanche, 29 janvier 2023

L’OSCE fait face à une crise existentielle en raison d’un manque de confiance (MAE turc)

L’Organisation de coopération et de développement économiques est confrontée à « une crise existentielle » en raison de la baisse du niveau de confiance entre les pays participants au milieu de la guerre en cours en Ukraine, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères.

« Cette année, nous sommes réunis dans des circonstances extraordinaires en raison de la guerre en cours en Ukraine. Le respect de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’indépendance politique est au cœur des Nations Unies et est l’un des principes fondateurs de l’OSCE », a déclaré Mevlut Cavusoglu dans son allocution lors de la réunion du Conseil ministériel de l’OSCE dans la ville polonaise de Lodz jeudi. .

« Le déclin si la confiance a amené l’OSCE face à une crise existentielle », a déclaré Cavusoglu, ajoutant que « cela a également entraîné une profonde polarisation. »

« L’ordre international est à nouveau dominé par des approches à somme nulle. Dans le même temps, nous nous souvenons que l’OSCE est le produit d’une période de guerre froide plus polarisée », a-t-il ajouté.

Déclarant que l’OSCE a « acquis de l’expérience dans la gestion du cycle des conflits » en près d’un demi-siècle depuis les accords d’Helsinki de 1975, Cavusoglu a souligné que les « forces inhérentes du groupe, qui sont au cœur de l’approche globale de l’OSCE en matière de sécurité, » doit être réactivé.

« Nous devons également nous rappeler que le principe du consensus est au cœur de cette organisation », a-t-il ajouté en félicitant le ministre polonais des Affaires étrangères, Zbigniew Rau, pour avoir mis l’accent sur l’importance de remédier au manque de confiance entre les États participants de l’OSCE.

« La confiance peut être fondée sur des politiques de principe. C’est ainsi que nos efforts de facilitation (de la Turquie) donnent des résultats concrets sur les défis les plus immédiats de notre géographie commune », a expliqué Cavusoglu.

Il a également cité l’initiative historique sur les céréales de la mer Noire conclue cet été à Istanbul, l’accord d’échange de prisonniers, ainsi que les pourparlers entre la société d’énergie nucléaire russe Rosatom et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) comme fruit des efforts de médiation de Türkiye.< /p>

« Il existe diverses autres initiatives confidentielles que nous facilitons pour mettre fin à la guerre en cours en Europe. Un règlement négocié est possible lorsque la diplomatie a une chance bien sûr », a-t-il déclaré, ajoutant qu’une telle paix doit être « une paix juste pour l’Ukraine. »

« Saper cette plate-forme vitale ne servira les intérêts de personne. La Turquie continuera à soutenir activement le travail de l’OSCE car nous n’avons pas d’autre plate-forme aussi inclusive que l’OSCE », a-t-il ajouté.

Cavusoglu est dans la ville polonaise pour la réunion annuelle du Conseil ministériel de l’OSCE jeudi et vendredi.

La session offre aux ministres des Affaires étrangères des 57 États participants l’occasion d’examiner et d’évaluer les activités de l’organisation et de renforcer le dialogue sur les questions de sécurité.

Des représentants de la société civile de toute la zone de l’OSCE ont présenté mercredi leurs recommandations axées sur l’arrêt de la guerre en Ukraine, qui a débuté en février, et sur la refonte de l’architecture de sécurité internationale.

 Source : AA

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici