mardi, 29 novembre 2022

Malgré une trêve de deux mois, 19 civils tués au Yémen — ONU

Au moins 19 civils, dont trois enfants, ont été tués au Yémen au cours des deux derniers mois, malgré un cessez-le-feu national, ont déclaré les autorités de l’ONU .

La trêve a été le premier reflux concret des combats au cours des six dernières années du conflit dans la nation la plus pauvre du monde arabe, bien que chaque partie ait parfois impliqué l’autre dans la violation du cessez-le-feu. Jeudi, les parties belligérantes du Yémen ont décidé de rétablir la trêve pour deux mois supplémentaires.

Liz Throssell, porte-parole du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a informé vendredi les journalistes à Genève que la plupart des décès enregistrés étant donné que la trêve est entrée en vigueur début avril provenaient de mines terrestres, « composées de mines improvisées et de résidus explosifs de guerre ». et les provinces d’Al Dale. 2 personnes ont été grièvement blessées par des snipers.

De même, la société a enregistré la blessure de 4 civils, dont une dame, par un drone armé. Toutes les attaques ont eu lieu dans des endroits gérés par le gouvernement internationalement reconnu du Yémen.

Throssell a également déclaré que 32 civils ont été blessés pendant la trêve de deux mois.

Les combats au Yémen sont apparus dans 2014, lorsque les rebelles houthis soutenus par l’Iran sont descendus de leur enclave du nord et ont pris le contrôle de la capitale de Sanaa, obligeant le gouvernement fédéral internationalement reconnu à s’exiler en Arabie saoudite. Un syndicat dirigé par l’Arabie saoudite est entré en guerre au début de 2015 pour tenter de ramener le gouvernement fédéral au pouvoir.

Le conflit, qui a finalement dégénéré en une guerre par procuration entre l’Arabie saoudite et l’Iran, a en fait éliminé plus de 150 000 personnes, dont plus de 14 500 civils, et a provoqué l’une des pires crises humanitaires au monde, poussant des millions de Yéménites au bord de la pénurie.

Il y a eu des problèmes aux Nations Unies selon lesquels les parties belligérantes au Yémen pourraient abuser du cessez-le-feu pour se regrouper et se préparer à d’éventuels combats futurs.

« Il y a des rapports selon lesquels les parties au conflit pourraient se regrouper au cas où les opérations militaires reprendraient », a déclaré Throssell. « Nous les contactons pour adhérer de bonne foi aux termes de la trêve. »

Dans une déclaration vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé à la prolongation de la trêve au Yémen et « a révélé l’espoir qu’une trêve renforcée pourrait être assimilé à un cessez-le-feu résilient et à un règlement politique inclusif et détaillé, sous les auspices de l’ONU. les Houthis à faire preuve de polyvalence dans les implantations et à ouvrir immédiatement les routes principales. »

Ils ont également réitéré leur « profonde préoccupation » face au danger de famine au Yémen et ont conseillé aux donateurs de financer l’appel humanitaire de l’ONU, selon le communiqué. .

Source : AP

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici