samedi, 13 avril 2024

On est 2021 et les athlètes seront punis pour s’être pris un genou aux Jeux olympiques

Nombreux sont ceux qui exigent que la loi sévère de l’organe directeur international soit abandonnée. Le CIO n’a pas encore précisé quelle sera la sanction.

Les athlètes qui prennent un genou ou lèvent le poing contre l’inégalité raciale seront pénalisés pendant les Jeux Olympiques de Tokyo , a déclaré le Comité international olympique.

Cela indique que des actes de manifestation, comme les sprinteurs américains Tommie Smith et John Carlos l’ont fait aux Jeux olympiques de Mexico en 1968, risqueraient toujours d’être pénalisés aux Jeux de Tokyo.

La Règle 50 du CIO interdit tout type de « présentation ou propagande politique, spirituelle ou raciale » dans les lieux et dans toute autre zone olympique et l’organe des Jeux a conclu que la règle devait être maintenue après une consultation des athlètes professionnels.

Smith et Carlos ont tous deux été expulsés des Jeux olympiques de 1968 après leur salut.

Dans le contexte de la motion Black Lives Matter objectant l’injustice raciale, les appels ont en fait augmenté ces derniers mois pour un modification de la directive qui permettrait aux athlètes professionnels de Monstration.

Beaucoup déclarent que le CIO a besoin d’un appel au réveil car le racisme n’est pas politique, mais sociétal.

Certains chefs de fédérations mondiales, dont le président de World Athletics, Sebastian Coe, ont déclaré que les athlètes devraient mériter de faire des gestes de protestation politique tout au long des Jeux.

Au hasard avec les États-Unis

50 de la Charte olympique, qui restreint toute « présentation ou propagande politique, spirituelle ou raciale » aux Jeux, met le CIO en désaccord avec les officiels olympiques aux États-Unis.

Le Comité olympique et paralympique des États-Unis a déclaré en décembre qu’il n’agirait pas si les athlètes professionnels lèvent les poings ou s’agenouillent pendant l’hymne national lors de leurs épreuves avant Tokyo.

L’organisme olympique américain, qui a intronisé Smith et Carlos dans sa salle de la popularité en 2019, a relâché sa position après que des athlètes professionnels ont demandé le droit de se révéler sur questions de justice.

Alors que les directives de l’USOPC autorisent les athlètes professionnels à porter des vêtements révélant des expressions telles que «Black Lives Matter», le langage est plus limité dans l’assistance du CIO publiée mercredi.

Autorisé Les mots sur les tee-shirts et ailleurs à Tokyo sont « paix, respect, solidarité, addition et égalité », a déclaré le CIO.

Pénalité pour déclarations politiques

La chef de la commission des athlètes du CIO, Kirsty Coventry, qui a mené une révision du règlement, a déclaré que la plupart des athlètes consultés étaient contre toute manifestation sur les terrains de jeu ou sur les podiums.

« Je ne voudrais pas que quelque chose détourne l’attention de mes concurrents et m’en éloigne. C’est ce que je ressens encore aujourd’hui », a déclaré Coventry, ancien champion olympique de natation pour le Zimbabwe, dans une présentation en ligne des résultats de l’évaluation de la règle 50.

Coventry a déclaré qu’une série de recommandations avaient été approuvées par le CIO. Conseil exécutif mercredi, notamment en fournissant des éclaircissements sur les sanctions, plus d’informations sur la Directive 50, une modification du libellé du serment olympique avec des messages d’ajout et la production de vêtements d’athlètes professionnels avec un message inclusif.

Lorsqu’on lui a demandé, cependant , si les athlètes professionnels étaient pénalisés à Tokyo pour avoir fait des déclarations politiques telles que prendre un genou sur le podium en faveur de l’égalité raciale, Coventry a déclaré: « Oui, c’est vrai. « 

 » Cela est également dû au fait que la majorité des athlètes à qui nous avons parlé. C’est ce qu’ils demandent », a déclaré Coventry.

Les recommandations du CIO sont le résultat d’un processus d’évaluation qui a débuté en juin 2020 et a impliqué plus de 3 500 athlètes professionnels.

Le CIO ont déclaré que 70% ont déclaré qu’il n’était «pas approprié de démontrer ou de révéler leurs opinions» sur le terrain de jeu ou lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture.

L’enquête a également révélé que 67% des participants désapprouvaient les manifestations sur le podium.

Les Jeux olympiques de Tokyo, retardés d’un an en raison de la pandémie, débutent le 23 juillet.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici