mercredi, 17 avril 2024

Pas de retour à l’accord sur le nucléaire iranien si l’enquête internationale continue : Raisi

Le président iranien a averti que toute feuille de route pour rétablir l’accord nucléaire délabré de Téhéran avec les puissances mondiales devrait voir les inspecteurs du monde entier mettre fin à leur enquête sur les particules d’uranium manufacturé trouvées dans des lieux non déclarés sites dans le pays.

Lors d’une conférence de presse inhabituelle marquant sa toute première année de travail lundi, le président Ebrahim Raisi a également proféré des menaces contre Israël et a tenté de paraître positif alors que l’économie iranienne et la monnaie du rial se sont effondrées sous le poids des sanctions internationales.

Indépendamment de l’attention mondiale sur l’offre alors que les pourparlers à Vienne sont en jeu, il a fallu plus d’une heure à Raisi avant de reconnaître pleinement les règlements en cours.

Téhéran et Washington ont en fait échangé des actions écrites ces dernières semaines sur les points les plus délicats de la feuille de route, qui verrait la levée des sanctions contre l’Iran en échange de la limitation de son programme nucléaire qui progresse rapidement.

L’Agence internationale de l’énergie atomique pour vous ars a demandé à l’Iran de répondre aux préoccupations concernant les particules d’uranium manufacturées découvertes sur des sites non déclarés. Les sociétés de renseignement américaines, les pays occidentaux et l’AIEA ont en fait déclaré que l’Iran avait mené un programme d’armes nucléaires organisé jusqu’en 2003.

L’Iran a en fait longtemps nié avoir jamais recherché des armes nucléaires.

En tant que membre du traité de non-prolifération nucléaire, l’Iran est obligé de discuter des traces radioactives et de fournir des garanties qu’elles ne sont pas utilisées dans le cadre d’un programme d’armement nucléaire.

L’Iran s’est retrouvé critiqué par le Conseil des gouverneurs de l’AIEA en juin pour son incapacité à répondre aux questions sur les sites à la satisfaction des inspecteurs.

Raisi a discuté des traces – se référant à son comme une préoccupation de « garanties » en utilisant le langage de l’AIEA.

« Sans règlement des problèmes de sécurité, parler d’un arrangement n’a aucune signification », a déclaré Raisi.

Dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015, Téhéran pourrait augmenter l’uranium à 3,67 %, tout en préservant un stock d’uranium de 300 kilogrammes (660 livres) sous examen continu des caméras de sécurité de l’AIEA et inspecteurs.

Le président de l’époque, Donald Trump, a unilatéralement retiré l’Amérique de l’accord en 2018, ouvrant la voie à plusieurs années de montée des tensions.

Depuis le dernier décompte public de l’AIEA, l’Iran dispose d’un stock de quelque 3 800 kilogrammes (8 370 livres) d’uranium enrichi.

Plus angoissant pour les experts en non-prolifération, l’Iran enrichit désormais de l’uranium à environ 60 % de pureté – un niveau qu’il n’a jamais atteint auparavant est à un pas technique de 90 %.

Ces experts préviennent que l’Iran dispose de suffisamment d’uranium enrichi à 60 % pour le recycler en combustible pour au moins une bombe atomique.

Source : TRTWorld et agences

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici