samedi, 31 juillet 2021

Pegasus a traqué la princesse des Emirats Arabes Unis qui a été capturée, renvoyée par les forces indiennes ?

L’histoire de Sheikha Latifa bint Mohammed Al Maktoum, fille du souverain de Dubaï, Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, fait les gros titres depuis 2018.

En février 2018, elle a fui les Émirats arabes unis pour tenter de demander l’asile. Latifa a voyagé avec un groupe d’amis sur un yacht des Émirats arabes unis, avec l’intention de débarquer au Sri Lanka et de prendre un vol pour le US.

En mars de la même année, les garde-côtes indiens ont suivi le navire et les commandos l’ont pris d’assaut et ont rendu Latifa aux Émirats arabes unis.

Un mystère subsistait sur la façon dont les Émirats arabes unis avaient eu vent de son évasion. Cependant, des informations ont été publiées mercredi selon lesquelles son numéro de téléphone et ceux de ses associés figuraient dans la liste des personnes suivies à l’aide du logiciel espion Pegasus.

The Wire a rapporté mercredi que « l’analyse d’une base de données divulguée met en évidence comment son évasion semble avoir coïncidé avec l’inclusion de plusieurs numéros liés à Latifa apparaissant sur une liste de potentiels Cibles de Pégase ».

Les EAU se sont révélés être un client de NSO Group, la société qui fabrique le logiciel espion Pegasus.

Le Washington Post a rapporté mercredi que la princesse Latifa avait laissé son téléphone aux Émirats arabes unis, craignant qu’il ne soit utilisé pour la suivre. Cependant, « le yacht transportait également deux téléphones « brûleur » (prépayés)… Latifa les avait utilisés pour envoyer des e-mails, demander de l’aide sur Instagram et échanger des messages via WhatsApp… » a rapporté le Le Washington Post.

La publication a également rapporté que Latifa avait communiqué avec un ami Sioned Taylor, dont le nom figurait sur la liste de surveillance Pegasus.

Latifa n’est pas le seul membre de la famille royale de Dubaï dont le nom figurait sur la liste Pegasus. Haya bint Hussein, l’une des six épouses de Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, était également sous surveillance, « La princesse Haya, sa demi-soeur, ses assistants, son entraîneur de chevaux, et les membres de ses équipes juridiques et de sécurité avaient tous leur téléphone. est entré sur la liste au début de 2019 », a rapporté le Washington Post. Haya a fui les Émirats arabes unis avec ses deux enfants en 2019 pour chercher refuge au Royaume-Uni.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici