lundi, 5 décembre 2022

Plusieurs Palestiniens blessés après l’attaque de Sheikh Jarrah par des colons juifs

Plus de 20 Palestiniens traités pour des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des blessures, selon le Croissant-Rouge, rapportant que des colons ont jeté des pierres sur une ambulance et que les forces israéliennes ont aspergé d’eau de putois une autre dans le quartier occupé de Jérusalem-Est.

Des habitants juifs ont en fait attaqué des propriétaires palestiniens dans la région de Sheikh Jarrah, un point d’éclair dans l’escalade actuelle entre Israël et la Palestine.

Des colons jetés des chaises, des pierres et des feux d’artifice devant les maisons des habitants, ont rapporté des journalistes locaux, avec une vidéo circulant sur les réseaux sociaux de l’attaque à Sheikh Jarrah.

Ceci a été suivi par les autorités israéliennes utilisant la force contre les Palestiniens dans la zone tendue de Jérusalem-Est occupée où les groupes de colons tentent de forcer de nombreuses familles palestiniennes.

Les expulsions menacées ont soutenu les protestations à l’approche de l’attaque d’Israël le mois dernier sur Gaza et présentent un test pour la nouvelle coalition gouvernementale d’Israël, qui comprend 3 pro -colon p Arties souhaite cependant mettre de côté la préoccupation palestinienne pour éviter les divisions internes.

Le service d’urgence du Croissant-Rouge a déclaré que ses équipes ont traité 20 Palestiniens, dont 16 aux prises avec du gaz poivré et des gaz lacrymogènes et d’autres blessés balles enrobées. 2 autres personnes ont été blessées, dont un homme âgé qui a été frappé à la tête, a-t-il ajouté.

Les autorités israéliennes et les autorités frontalières ont déclaré avoir arrêté quatre suspects dans la région de Sheikh Jarrah. Une femme a apparemment été blessée lorsqu’elle a été frappée dans le dos par une pierre, a déclaré la police.

L’éruption de violence est la friction la plus récente à Sheikh Jarrah, où des semaines de troubles ont attiré l’attention du monde entier avant le 11 assaut israélien sur Gaza.

Le cessez-le-feu est entré en vigueur le 21 mai, mais la campagne de longue date menée par les colons juifs pour expulser de nombreuses familles palestiniennes se poursuit.

Test pour un tout nouveau gouvernement de coalition

Et donc le cycle de tension se maintient, dans un premier test brutal pour le tout nouveau gouvernement d’union d’Israël, qui vient de se terminer une semaine.

A la barre, dans le cadre d’un accord de rotation, se trouve le Premier ministre Naftali Bennett, chef du parti de droite Yamina. Dans 2 ans, il sera remplacé par Yair Lapid, le leader du centriste Yesh Atid.

Et à la tête de l’opposition se trouve le leader du Likud Benjamin Netanyahu, évincé du poste de Premier ministre après avoir occupé le poste pendant 12 ans.

Une intervention du procureur général israélien des au plus fort des troubles a suspendu les expulsions les plus imminentes. Mais les expulsions devraient se poursuivre dans les mois à venir alors que l’attention mondiale s’atténue, déclenchant peut-être une autre série d’effusions de sang.

Les habitants mènent en fait un projet de plusieurs décennies pour expulser les familles des zones palestiniennes largement peuplées de le soi-disant bassin sacré simplement à l’extérieur des murs de la vieille ville, dans l’une des parties les plus délicates de Jérusalem-Est.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici