samedi, 4 février 2023

Une enquête révèle l’étendue de la collecte de fonds aux États-Unis pour les extrémistes israéliens condamnés

Un groupe israélien collectant des fonds pour les extrémistes juifs reconnus coupables de certains des crimes de haine les plus notoires du pays collecte des dons exempts d’impôt auprès d’Américains, selon conclusions de l’Associated Press et de la plateforme d’investigation israélienne Shomrim.

Les dossiers de l’affaire suggèrent que l’idéal lointain d’Israël prend pied aux États-Unis.

Le montant des fonds collectés par le biais d’une organisation à but non lucratif aux n’est pas connue. Mais l’AP et Shomrim ont documenté le chemin de l’argent du New Jersey aux radicaux israéliens emprisonnés qui se composent de l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin et d’individus reconnus coupables d’attaques meurtrières contre des Palestiniens.

Ce plan de collecte de fonds à l’étranger a rendu les choses beaucoup plus faciles pour le groupe israélien Shlom Asiraich, pour collecter de l’argent auprès des Américains, qui peuvent faire leurs contributions via l’association à but non lucratif des avec une carte de crédit et déclarer une déduction fiscale.

De nombreuses causes israéliennes, des établissements médicaux aux universités aux organismes de bienfaisance, collecter des fonds grâce à des armes basées aux États-Unis. Mais faire adopter la technique par un groupe aidant les radicaux juifs soulève des questions juridiques et éthiques.

Cela intervient également dans le contexte d’un tout nouveau gouvernement réactionnaire en Israël dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, où les ultranationalistes et les les législateurs extrémistes ont en fait obtenu un pouvoir extraordinaire.

Selon les documents publicitaires de Shlom Asiraich, ses bénéficiaires sont Yigal Amir, qui a assassiné Rabin en 1995 ; Amiram Ben-Uliel, reconnu coupable du meurtre en 2015 d’un bébé palestinien et de ses parents lors d’un incendie criminel ; et Yosef Chaim Ben David, reconnu coupable de l’enlèvement et du meurtre d’un jeune Palestinien de 16 ans à Jérusalem en 2014. Le groupe aide également un homme extrémiste ultra-orthodoxe qui a mortellement poignardé une Israélienne de 16 ans en 2015.

Shlom Asiraich, ou « Le bien-être de vos détenus », a collecté des fonds en Israël depuis au moins 2018, et officiellement enregistré comme organisation à but non lucratif en 2020 par un groupe composé principalement d’Israéliens des colonies illégales de la ligne dure en Cisjordanie occupée.

Au moins 5 des 7 créateurs du groupe ont eux-mêmes été interrogés par les autorités israéliennes pour des infractions pénales liées à leurs activités contre les Palestiniens. Certains ont été appréhendés et inculpés.

Les bénéficiaires de ses largesses ont en fait salué le groupe pour avoir traversé des moments difficiles.

 » Vous n’avez aucune idée de comment beaucoup vous nous aidez », a écrit la famille de Ben-Uliel, qui purge trois peines à perpétuité, dans une lettre manuscrite publiée sur la page du groupe.

Étant une organisation relativement nouvelle, la principale organisation de Shlom Asiraich le dépôt auprès du registre des ordinateurs à but non lucratif d’Israël fournit peu d’informations et ne suggère pas exactement combien d’argent il a collecté. Dans ses dépliants publicitaires, récemment diffusés par la chaîne d’information israélienne Channel 13, l’organisation a montré qu’elle avait collecté environ 43 000 dollars.

Les organisations à but non lucratif israéliennes recherchent depuis longtemps des financements à l’étranger, les étant une source majeure. Selon les chiffres publiés par Noga Zivan, consultant pour des organisations à but non lucratif en Israël, entre 2018 et 2020, les organisations juives américaines ont contribué à elles seules 2 milliards de dollars à Israël chaque année.

Les groupes conservateurs israéliens ont en fait depuis longtemps levé des fonds aux États-Unis. . Cependant, Dvir Kariv, un ancien responsable du département de l’agence de sécurité intérieure israélienne Shin Bet, qui s’occupe de la violence juive, a déclaré qu’il était inhabituel pour des Juifs extrémistes tels que ceux qui dirigent Shlom Asiraich de le faire.

Il a déclaré que le groupe semble avoir pris exemple sur d’autres groupes réactionnaires israéliens, en particulier Kach, un groupe raciste anti-arabe qui était autrefois interdit en tant qu’organisation de peur aux États-Unis, mais qui, selon Kariv, était habile à collecter des fonds là-bas des années plus tôt.

Itamar Ben-Gvir, un haut ministre du cabinet du tout nouveau gouvernement réactionnaire d’Israël, est un disciple du fondateur de Kach, le rabbin Meir Kahane, qui a été aussitôt exclu de la politique israélienne.

On ne sait pas quand Shlom Asiraich a commencé à travailler avec World of Tzedaka, une organisation à but non lucratif basée dans le New Jersey, qui déclare que cela fonctionne  » pour permettre à tout privé ou organisation de collecter des fonds pour leur cause particulière. « 

Les donateurs aux peuvent accéder au site Web de Shlom Asiraich et cliquer sur une ligne k qui les amène à une page de dons hébergée par World of Tzedaka. Ils peuvent également faire un don directement à partir du site Web de World of Tzedaka.

Ellen Aprill, une professionnelle de la fiscalité et des œuvres caritatives à la Loyola Law School de Los Angeles, a déclaré que les criminels reconnus coupables et leurs familles pouvaient être considérés comme ayant besoin d’aide et être considérés comme une fin de bienfaisance admissible.

Bien que soutenir une personne déclarée coupable d’actes de terrorisme puisse être considéré comme encourageant une activité criminelle, cela nécessiterait d’être prouvé, a-t-elle déclaré.

Marcus Owens, un représentant légal qui dirigeait l’unité à but non lucratif de l’administration fiscale dans les années 1990, a adopté une position plus dure.

« Le ministère de la Justice des considère le soutien aux familles de terroristes comme une forme de soutien matériel au terrorisme », a-t-il déclaré.

Les efforts répétés pour joindre les représentants de Shlom Asiraich ont été infructueux. Un individu qui a répondu au numéro de téléphone du groupe a raccroché au nez d’un journaliste de l’AP. Moshe Orbach, dont l’adresse dans l’implantation radicale de Yitzhar en Cisjordanie est indiquée comme le siège social du groupe, a demandé à un avocat d’être interrogé.

Un représentant de World of Tzedaka a raccroché lorsqu’on lui a demandé une remarque.

L’administration fiscale a refusé de répondre aux questions sur le groupe, déclarant que « la loi fédérale interdit à l’administration fiscale de commenter ».

Selon des documents acquis par l’AP, Shlom Asiraich a été inscrit comme une organisation à but non lucratif avec les autorités israéliennes par Chanamel Dorfman, avocate et principale assistante de Ben-Gvir, le nouveau ministre israélien de la Sécurité nationale.

Dorfman est également noté comme « l’avocat/consultant juridique » du groupe sur Guidestar, le site Web officiel du registre à but non lucratif.

Dans un texte, Dorfman a nié avoir jamais été le conseiller juridique du groupe et n’a pas répondu aux préoccupations supplémentaires. Dorfman a récemment déclaré au quotidien conservateur Israel Hayom qu’il servait simplement d’avocat et que  » si j’avais compris que c’est ce que fait cette organisation, je ne l’aurais pas enregistrée.  »

En octobre, à la veille du Nouvel An juif, Shlom Asiraich a tweeté une photo de friandises qu’il offrait aux suspects juifs assignés à résidence et aux ménages d’Israéliens condamnés ou accusés d’activités criminelles contre des Palestiniens. Une note accompagnant le vin blanc et d’autres articles offerts par l’association à but non lucratif a qualifié les gars de « héros bien-aimés ».

« Restez forts et restez fidèles au peuple d’Israël et à la sainte Torah et don’ n’arrêtez pas de profiter ! » lit la note.

Source : AP

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici