dimanche, 5 février 2023

De plus en plus de jeunes se sentent aliénés par le marché du travail

Selon les auteurs du rapport, les résultats suggèrent que de nombreux jeunes se sentent complètement exclus du marché du travail. Parmi ceux qui étudient actuellement ou sont sans travail, près d’un sur dix (9 %) – soit 227 000 personnes – disent qu’ils n’ont jamais l’intention de commencer à travailler. Ils déclarent que les jeunes semblent rapidement perdre espoir alors qu’ils sont confrontés à ce qu’ils considèrent comme un marché du travail hostile avec des chances minimes de mettre un pied sur l’échelle et le développement – suggérant qu’ils sont abandonnés par le système éducatif, le gouvernement fédéral et les entreprises.

Près d’un tiers (30 %) des jeunes ont mentionné qu’ils ne pensaient pas pouvoir un jour réaliser leurs aspirations professionnelles. Ce taux est le plus élevé parmi ceux qui ne travaillent pas actuellement (35 %) et ceux qui ont effectivement fait face à des difficultés au début de leur vie – en particulier ceux qui ont été dans le système carcéral (59 %), qui ont été réfugiés (54 %) ou passé par le système de soins (44 %).

Kirstie Donnelly, PDG de City and Guilds, a déclaré : « Nous ne pouvons pas continuer à blâmer la pandémie pour les préoccupations concernant les jeunes d’aujourd’hui. Le chômage élevé des jeunes a en fait été une préoccupation depuis plus d’un an et la pandémie n’était qu’un autre obstacle empilé sur un système actuellement grinçant qui rend incroyablement difficile pour les jeunes de transformer leurs aspirations en excellents emplois. difficultés, telles que les jeunes soignants, les sortants de soins et de prison et ceux qui viennent de ménages moins aisés, sont loin derrière leurs pairs sur le marché du travail au début de leur carrière. l’égalité et empêchant des millions de jeunes de satisfaire leurs capacités. »

Ceux qui souhaitent travailler sont confrontés à de véritables obstacles pour obtenir des emplois. Plus de deux sur cinq (43 %) ne pensent pas que leur éducation les a réellement dotés des capacités dont ils ont besoin pour obtenir l’emploi qu’ils désirent. Deux tiers (64 %) des jeunes disent qu’il est difficile d’obtenir un bon emploi de nos jours, et près d’un tiers (29 %) disent avoir eu du mal à obtenir des entretiens. Un sur cinq (19 %) déclare qu’il n’y a tout simplement pas les emplois disponibles dans leur région.

Face à ces défis, les jeunes pensent fermement que le gouvernement et les entreprises doivent faire plus pour les soutenir. À peine un quart (26 %) des 18-24 ans interrogés pensent que le gouvernement fédéral en fait assez pour aider les jeunes à entrer dans le monde du travail, ce qui tombe à seulement 19 % de ceux qui sont sans emploi.

Recommandations Dans son nouveau rapport Youth Misspent

, City & Guilds a en fait formulé des recommandations clés pour les employeurs, le gouvernement et les éducateurs afin de mieux aider les jeunes à entrer sur le marché du travail, notamment : système de compétences et les initiatives gouvernementales existantes en matière de compétences pour offrir

  • de meilleures chances et une meilleure progression aux jeunes et combler les pénuries critiques de compétences. Faciliter l’accès des jeunes, puis leur développement dans leurs métiers, en particulier les plus défavorisés.
  • Travailler avec les enseignants et les entreprises pour optimiser les interventions de compétences existantes et tirer pleinement parti des pots de financement.
    • Améliorer l’orientation professionnelle et l’éducation de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte. Aidez les jeunes de tous âges à mieux connaître
    • les opportunités d’éducation et de carrière les plus complètes qui s’offrent à eux.

    • Garantir que les programmes sont inclusifs, permettant aux individus aux capacités diverses de faire de leur mieux.

      Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici