samedi, 24 février 2024

Le coût et le manque de sensibilisation freinent à peine la hausse de la demande d’immobilier vert.

Dans la région APAC, 41 % des personnes interrogées ont précisé que la demande des occupants et des financiers pour les structures vertes avait augmenté jusqu’à un certain niveau au cours des douze derniers mois, le sentiment général mondial montrant ceci à 42 pour cent.

Lorsqu’on leur a demandé quels sont les obstacles qui contribuent le plus à empêcher les investisseurs d’obtenir des bâtiments durables/verts, les participants à l’APAC ont mentionné des coûts initiaux élevés (56,5 pour cent), l’absence de retour sur investissement ou l’incertitude/le manque d’informations sur les avantages de l’acquisition de structures vertes (38,4 %) et l’absence de connaissances/sensibilisation à l’immobilier vert (36,1 %) sont les principaux facteurs contributifs.

Un aperçu fascinant du rapport centré sur si les participants déterminent actuellement les émissions de carbone incorporées sur les emplois. 40 pour cent des participants à l’APAC ont répondu non à cette question, ce qui semble être une tendance mondiale (la moitié des Amériques, l’ 38 pour cent, la MEA 48 pour cent, le Royaume-Uni 44 pour cent). Seuls 8 % des participants de la région ont répondu « très bien établi » lorsqu’on leur a demandé dans quelle mesure la minimisation des déchets sur site et le recyclage des matériaux après démolition sont reconnus, ce qui est faible en comparaison au Royaume-Uni, en Europe et aux Amériques (20 % des personnes interrogées ont répondu à « très bien développé » dans ces domaines).

Le rapport a également examiné les caractéristiques durables et leur importance pour les occupants et les financiers lorsqu’ils examinent un bâtiment. Dans la région APAC, 29 % des personnes interrogées ont cité l’efficacité énergétique d’un bâtiment comme étant importante, tandis qu’une excellente qualité de l’air et le « confort thermique » étaient considérés comme les qualités les plus essentielles à 35 %.

Officier des affaires publiques du RICS, Seabook Yam a commenté : « L’industrie du bâtiment dans la région APAC est prête à faire davantage de pas vers le développement durable. Elle a simplement besoin de plus d’incitations pour gérer les imprévisibilités ».

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici