vendredi, 3 juin 2022

Le syndrome de l’imposteur touche la plupart des gens, mais très peu en parlent

Le syndrome de l’imposteur – des sentiments de doute de soi et d’échec qui contournent la réussite au travail – est l’un des problèmes de santé mentale les plus courants dans les bureaux d’aujourd’hui, avec près de 3 sur 5 (58 pour cent) travailleurs souffrant du syndrome de l’imposteur.

Près de deux fois plus de femmes (21 %) souffrent très souvent ou toujours du syndrome de l’imposteur que les hommes (12 %). En particulier, les participants de la génération Y (25 à 39 ans) sont le groupe d’âge le plus susceptible de ressembler à des fraudeurs dans l’environnement de travail (27 %), alors que seul un petit pourcentage d’employés âgés de 65 ans et plus éprouvent régulièrement un sentiment d’insécurité ( 3 %).

Ensemble, ces données sont éclipsées par les répondants transgenres dont 64 % semblent souvent être un échec au travail. Dans l’ensemble, plus de 1 membre du personnel sur 10 (13 %) et 1 sur 5 (20 %) des supérieurs hiérarchiques admettent qu’ils ressemblent « toujours » ou « extrêmement fréquemment » à une fraude.

Quelle qu’en soit l’occurrence , un énorme 94% de ceux qui ont lutté contre le syndrome de l’imposteur n’ont pas discuté de leurs sentiments au travail. Parmi ceux qui ne sont pas à l’aise de dire à leur superviseur qu’ils doutent « fréquemment » d’eux-mêmes, près des deux tiers (61 %) craignent d’être considérés comme des employés moins compétents.

La moitié (52 %) ​​disent qu’ils seraient gênés, 1 sur 3 (33 %) soulignent que cela ne serait pas pris au sérieux et 29 % craignent que leur responsable en parle à d’autres membres de l’organisation. En conséquence, seulement 56 % de ces personnes se sentent soutenues au bureau.

Parmi les nombreux effets négatifs liés au syndrome de l’imposteur régulier, l’effet de retombée équivaut à des niveaux plus élevés de procrastination (63 %), des heures de travail plus longues (57 %), un roulement de personnel plus important (44 %), une perte d’efficacité (41 %), ainsi que des membres du personnel empêchant de postuler pour des promotions internes (39 %).

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici