samedi, 10 décembre 2022

Le travail à domicile est une épée à double tranchant, selon les travailleurs britanniques

Parmi les personnes interrogées, les employés britanniques ont identifié le télétravail comme un facteur clé à prendre en compte lorsqu’ils travaillent pour un employeur, estimant qu’il contribue à un bien meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Dans toute l’Europe, sept personnes sur dix ont déclaré que le travail à domicile permet un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les membres du personnel en France (80 %), en Allemagne (80 %) et en Belgique (79 %) étant les plus d’accord.

L’accent mis sur la polyvalence du télétravail met en évidence un changement renforcé dans les principales priorités de la main-d’œuvre, la polyvalence égalant désormais d’autres éléments cruciaux du travail, notamment le salaire, la sécurité d’emploi et l’objectif. Outre les avantages possibles, néanmoins, les membres du personnel signalent des obstacles en matière de santé et de bien-être et d’heures de travail qui les empêchent de tirer le meilleur parti de la transformation du travail à distance. 63 % ont suggéré qu’ils étaient moins susceptibles d’embaucher des personnes malades – les participants en Suède (72 %), au Royaume-Uni (69 %) et en Italie (67 %) étant les plus susceptibles de mentionner cette préoccupation. Près de la moitié des Européens ont également avoué travailler plus d’heures par jour lorsqu’ils étaient à la maison. Cela concerne principalement les membres du personnel en France (58 %), en Italie (55 %) et en Belgique (54 %). D’un autre côté, les travailleurs néerlandais (44 %), allemands (43 %) et suédois (38 %) ont déclaré que le télétravail n’avait pas d’incidence réelle sur les heures de travail.

4 emplois de membres du personnel européens sur 10 actuellement leur permettent de travailler à domicile et environ la moitié des personnes interrogées ont déclaré choisir de travailler à domicile 2 à 3 jours par semaine. Pour 15 %, un jour par semaine suffit, et un peu moins de 8 % souhaitent reprendre le travail à temps plein sur le lieu de travail. En revanche, près de 14 % ont déclaré vouloir travailler entièrement à domicile, les employés espagnols (26 %), finlandais (22 %) et britanniques (21 %) montrant l’aide la plus forte. Le vendredi semble être le jour le plus populaire pour le travail à domicile (30 %), suivi du lundi (24 %) et du mercredi (16 %).

Les chiffres révèlent cependant un contraste étonnant : bien que la moitié suggéraient qu’ils choisiraient de travailler à domicile 2 à 3 jours par semaine, en moyenne, 46 % des participants considéraient qu’il était essentiel de voir des associés sur leur lieu de travail cinq jours par semaine. Ce contraste évident suggère que les employés sont toujours aux prises avec le compromis entre les avantages du travail à domicile et la capacité de profiter de l’aspect social du travail en se connectant avec des collègues sur le lieu de travail.

Un employé sur trois les membres (29 %) à travers l’ ont montré une ouverture à obtenir plus de conseils de FMH de leur entreprise, et plus encore en Espagne (40 %), en Italie (34 %) et en Norvège (33 %). La demande de pourboires est plus fréquente chez les superviseurs (35 %) que chez les non-cadres (25 %). Les employés accordant de l’importance à l’assistance avec le télétravail, les employeurs doivent réfléchir à la meilleure façon d’aider le travail flexible tout en préservant le bien-être, la productivité et l’inspiration.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici