mardi, 5 mars 2024

Les employés du conseil travaillant à domicile commettent une fraude avec un deuxième emploi

Après avoir exposé les preuves d’escroqueries à Enfield, Wakefield, Kensington et Chelsea, le NFI évalue désormais l’ampleur potentielle du problème à l’échelle nationale. Le Cabinet Office qui supervise le NFI déclare que l’augmentation du nombre de personnes travaillant à domicile, couplée à des taux plus élevés, a en réalité rendu difficile l’attraction d’un deuxième revenu.

Plus tôt cette année. Le conseil d’arrondissement de Kensington et Chelsea a publié un rapport sur l’incidence de nombreuses fraudes liées au travail contractuel au sein de son personnel. Il conclut que : « La pandémie a développé ce risque lorsqu’elle a normalisé le travail à domicile et le travail hybride. Si cela augmente la flexibilité, elle développe également de tout nouveaux types de risques lorsque, en période de crise du coût de la vie, un deuxième revenu devient très attractif. »

À Enfield, il a été découvert que cinq personnes occupaient un deuxième emploi sans que le conseil ne le comprenne. Trois individus à Wakefield font actuellement l’objet d’une enquête.

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il souhaitait que les hauts fonctionnaires travaillent au bureau pendant au moins 60 pour cent du temps afin d’augmenter le nombre de personnes le temps qu’ils ont passé à travailler avec des collègues juniors. Des lignes directrices comparables sont en place pour les nouveaux débutants et dans l’ensemble de la fonction publique.

Un représentant du Cabinet Workplace a déclaré : « L’effort national contre les escroqueries associe et compare les éléments de données fournis par les organisations des secteurs personnel et public pour reconnaître les cas d’escroquerie. En 2015, son travail a permis aux contribuables d’économiser 171 millions de livres sterling.

« L’un des types de cas de fraude que le National Scams Effort a identifiés comprend de nombreux accords de travail, dans lesquels un privé travaille de manière trompeuse dans deux fonctions à en même temps, notamment lors des conseils régionaux.

« L’Autorité chargée des escroqueries dans le secteur public, qui supervise le NFI, travaille avec des organisations pour lutter contre ce type d’escroqueries partout où elles se produisent. »

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici