mardi, 7 décembre 2021

Selon un sondage, la moitié des employés de magasin pensent que signaler les abus au travail ne ferait aucune différence

La moitié des employés de magasin pensent que signaler les abus qu’ils subissent au travail ne ferait pas de distinction, selon un sondage de l’Usdaw.

Une nouvelle recherche du syndicat du commerce de détail a révélé que, alors que neuf sur 10 employés de magasin (89 %) ont subi des violences verbales, 46 % pensaient que le signalement de la violence ne ferait pas de différence.

Le sondage auprès de 3 500 employés de la vente au détail a également révélé que 64 % des employés de magasin avaient en fait ont été menacés par un client en 2015, tandis que 11% ont indiqué avoir été agressés alors qu’ils travaillaient au cours des 12 derniers mois.

Les résultats ont conduit à exiger davantage d’efforts pour sécuriser le personnel de vente au détail, avec L’Usdaw demande que les modifications législatives introduites dans les magasins écossais cette année soient présentées dans tout le Royaume-Uni.

Depuis août de cette année, menacer, maltraiter ou attaquer un employé de magasin avec des contrevenants est une infraction particulière en Écosse. passible d’une amende ou d’une peine de prison.

« Le personnel de vente au Le Royaume-Uni a un rôle essentiel dans nos quartiers, rôle qui doit être valorisé et respecté. Ils sont dignes de la sécurité de la loi », a déclaré Paddy Lillis, secrétaire général de l’Usdaw.

Helen Dickinson, directrice générale du British Retail Consortium, a également estimé que l’actuel les lois ne sont pas allées assez loin pour sécuriser les employés des magasins. « Notre propre étude révèle qu’il y a plus de 450 événements de violence et d’abus commis contre le personnel des magasins chaque jour », a-t-elle déclaré.

« Nos collègues travaillent incroyablement difficile, jour après jour, de garder les rayonnages équipés, les marchandises livrées et nos besoins satisfaits… nous avons tous un rôle à jouer pour éradiquer ce fléau de la violence. »

Certains répondants à L’étude d’Usdaw a répondu qu’ils avaient subi des abus sur les directives de Covid et les masques faciaux, tandis que d’autres ont déclaré qu’ils avaient en fait été injuriés en raison de l’absence de stock dans le magasin.

James Lowman, président de l’Association de Benefit Stores, promu pour « des peines plus sévères pour ceux qui attaquent les employés des magasins, et un engagement de la part des force à prendre ces incidents au sérieux ».

Jo Whitfield, PDG de Co-op Food, a averti que les abus n’avaient pas simplement une influence physique sur les employés du magasin, mais qu’ils affectaient également « le bien-être psychologique des -les employés des magasins en ligne qui sont confrontés quotidiennement à ce comportement ».

« Ils devraient être en mesure de remplir leur rôle précieux dans la vie communautaire locale sans souci », a-t-elle déclaré.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici