vendredi, 18 juin 2021

Selon une étude, trois adultes sur cinq n’auront pas les bonnes compétences pour les cinq prochaines années

3 employés sur cinq déclarent ne pas avoir les compétences dont ils auront besoin au cours des 5 prochaines années, selon une enquête.

Un rapport sur l’indice de compétences de City & Guilds Group et Emsi , qui a interrogé 2 000 adultes en âge de travailler, a découvert que 61 % d’entre eux ne se sentaient pas équipés de toutes les compétences dont ils auront besoin au cours des cinq prochaines années.

En outre, près des deux tiers des personnes interrogées (64 %) ont déclaré qu’ils n’avaient en fait reçu aucune formation au cours de l’année écoulée, ce qui, selon le rapport, était très probablement le résultat de l’impact de la pandémie sur les plans de dépenses de formation, tandis que trois sur 10 (30%) n’ont en fait reçu aucune formation de bureau officielle en au cours des cinq dernières années.

L’étude, qui a également interrogé 1 000 entreprises, a signalé une inadéquation entre les besoins des entreprises et les capacités offertes.

Plus de la moitié des entreprises interrogées (53 pour cent) ont déclaré qu’ils auraient besoin à l’avenir de compétences spécifiques au marché ou à l’emploi de leurs membres du personnel ; cependant, seulement un quart (24 %) des spécialistes en activité interrogés étaient convaincus qu’ils possédaient réellement des compétences techniques liées à leur fonction.

De même, la majorité des services (56 %) ont déclaré avoir affaire à une sorte de obstacle à l’accomplissement de leurs compétences et de leurs exigences au cours de la procédure de recrutement.

Kirstie Donnelly, PDG de City & Guilds Group, a déclaré que les personnes, les entreprises et le gouvernement fédéral britannique devaient modifier leur état d’esprit concernant les capacités.

« Il n’est plus possible de quitter l’éducation à temps plein à 18 ou 21 ans et de ne plus jamais se recycler. Nous demanderons aux individus et aux organisations de se perfectionner et de se recycler tout au long de leur vie professionnelle », a-t-elle déclaré.

« Il est clair que les entreprises et les employés peuvent tous deux avoir du mal à égaler les modifications rapides des besoins de capacités induites par des aspects tels que l’IA et le transfert vers le réseau non. »

Lors de la reconnaissance des obstacles au recrutement de personnes avec le compétences dont ils ont besoin, le rapport a révélé que t plus d’un quart (28 %) des employeurs ont déclaré que les capacités de l’éducation ou des jeunes qui ont quitté l’école ne correspondaient pas aux besoins de leur entreprise.

Du point de vue des travailleurs, un sur cinq (19 %) a déclaré que leur baccalauréat ou l’équivalent avait fonctionné, alors que seulement 10 % ont déclaré que leur niveau A ou une certification équivalente avait été utile.

Le rapport a découvert que la majorité (85 %) des employés avaient obtenu un environnement de travail officiel. la formation a estimé qu’elle était utile pour leur tâche actuelle au quotidien, et près des trois quarts (73 %) ont déclaré qu’elle était utile pour leurs aspirations professionnelles futures.

Cependant, une entreprise sur six (16 %) a déclaré qu’elle n’avait pas de budget pour investir dans la formation de la main-d’œuvre, tandis qu’un pourcentage comparable (15 %) a déclaré que le coût de la formation était trop élevé.

Jane Hickie, présidente de l’Association of Employment and Learning Providers, a déclaré aujourd’hui système de financement des compétences des adultes était « gouvernemental et trop lent » pour répondre aux changements sur la planète du travail et à la méthode que les individus choisissent pour le découvrir. Elle a déclaré qu’il fallait faire davantage pour soutenir l’adoption du privilège numérique national des adultes du gouvernement – introduit l’automne dernier pour améliorer les capacités numériques.

Elle a également soutenu la nécessité de restaurer le système de comptes d’apprentissage spécifique, un programme du gouvernement fédéral qui subventionnait des cours de formation appropriés pour le travail.

Dans le rapport, seuls 9 % des travailleurs ont déclaré qu’ils étaient positifs qu’ils possédaient réellement des compétences numériques avancées, tandis que 22 % des entreprises interrogées souhaitaient des capacités numériques avancées.

Pour résoudre le problème de l’espace des compétences, 2 employeurs sur 5 (42 %) ont déclaré qu’ils prévoyaient d’acheter de la formation et de l’avancement pour combler les lacunes en matière de compétences, et plus d’un tiers (36 %) ont déclaré qu’ils prévoyaient d’embaucher des apprentis ou des étudiants.

Un cinquième (20 %) des entreprises ont également indiqué qu’elles prévoyaient d’envisager de recycler ou de déplacer du personnel de différents départements, et 14 % ont déclaré qu’elles prévoyaient d’embaucher ou de recycler des employés plus âgés.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici