jeudi, 21 octobre 2021

Une entreprise sur 10 qui a changé de contrat de personnel pendant Covid a utilisé « tirer et réembaucher », selon une recherche

Plus d’un employeur sur 10 qui a modifié les contrats de ses employés pendant le coronavirus la crise l’a fait en utilisant des tactiques de tir et de réembauche, selon la recherche CIPD.

Un sondage mené par l’organisme RH auprès de 2 000 employeurs a révélé que 22 % des entreprises avaient modifié les conditions générales de leurs employés entre mars 2020, date à laquelle le Royaume-Uni est entré pour la première fois dans un verrouillage national, et juillet 2021.

Alors que la majorité des entreprises qui ont apporté des changements l’ont fait par le biais de négociations, de consultations et d’un accord volontaire (86 %), 14 % l’ont fait en licenciant du personnel et en les réembauchant selon de nouvelles conditions.

Si extrapolé à l’ensemble de la population des entreprises britanniques, la CIPD a déclaré que cela pourrait signifier que l’équivalent de 42 960 employeurs ont utilisé des techniques de licenciement et de réembauche depuis le début de la pandémie.

Ben Willmott, responsable des politiques publiques à la CIPD, a déclaré qu’il n’était pas surprenant que tant d’entreprises aient apporté des modifications contractuelles compte tenu du passage massif au travail à distance et hybride causé par la pandémie.

Mais, même si le licenciement et la réembauche n’étaient toujours « pas une tactique répandue », a-t-il déclaré, « des progrès peuvent encore être accomplis pour éviter cette pratique, qui crée un risque élevé de réclamations légales, de dommages à la réputation et d’effets négatifs sur les employés. relations.

« « L’incendie et la réembauche » ne devraient être entrepris qu’après une consultation approfondie et toutes les autres alternatives ont été envisagées », a déclaré Willmott.

En réponse aux conclusions, la CIPD a publié nouvelles directives pour les employeurs qui modifient leurs conditions générales, soulignant qu’ils doivent toujours consulter et rechercher un accord volontaire avec les employés, et prendre toutes les mesures pour éviter le licenciement et la réembauche pratiques sauf dans des circonstances exceptionnelles.

La recherche CIPD a également révélé que près de la moitié (49 %) des entreprises qui ont apporté des modifications contractuelles l’ont fait au lieu de travail, avec des nombres similaires modifiant les heures de travail (47 %) et les niveaux de rémunération (44 % pour cent).

De nombreuses entreprises ont également apporté des modifications aux conditions de licenciement ou à la rémunération (22 %) et à l’accès à des droits contractuels ou à des incitations améliorés (20 %).

La recherche a noté que tous les changements n’étaient pas négatifs, en particulier en ce qui concerne les paiements. Parmi les entreprises qui ont modifié leur rémunération, la moitié (50 %) l’ont amélioré, tandis que 38 % ont effectué des réductions.

De même, davantage d’entreprises ont réduit les heures de travail plutôt que de les augmenter (44 et 24 % respectivement).

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici