jeudi, 19 mai 2022

Une femme LGBT + sur sept et des personnes non binaires ne sont pas ouvertes sur la sexualité au travail, selon un sondage

Environ une femme LGBT sur sept et les personnes non binaires ne sont pas ouvertes sur leur sexualité avec qui que ce soit au travail, selon une enquête.

Le rapport, lancé par Stonewall pour marquer les lesbiennes La Semaine de la visibilité de cette semaine a révélé que sur les 1884 femmes LGBT et personnes non binaires interrogées, 14% ont déclaré qu’elles n’étaient ouvertes avec aucun de leurs associés, contre 68% qui étaient ouvertes avec la plupart de leurs collègues.

Si l’on considère uniquement les personnes transgenres et non conformes au genre, le pourcentage de personnes qui n’étaient pas ouvertes au travail est passé à près du troisième (32 pour cent), contre 53 pour cent qui étaient ouverts avec des associés.

L’enquête a également révélé que de nombreuses femmes LGBT et personnes non binaires se sentaient obligées de cacher leur sexualité ou leur identité de genre au travail. Plus d’un tiers des personnes interrogées (35%) ont déclaré qu’en 2015, elles avaient caché ou camouflé leur identité LGBT au travail par peur de la discrimination à plusieurs reprises ou à plusieurs reprises.

Près d’un quart ( 22%) ont déclaré avoir reçu des commentaires défavorables ou avoir joué un rôle de la part de collègues parce qu’ils étaient LGBT au plus tard au cours de la dernière année, tandis que 28% avaient entendu ou vu des remarques ou des comportements négatifs en raison du fait qu’un collègue était considéré comme étant LGBT l’année dernière.

Près d’une personne interrogée sur cinq (18%) a déclaré qu’elle s’était en fait sentie omise en raison de son identité.

Emma Kosmin, directrice associée du lieu de travail relations avec les clients chez Stonewall, a déclaré que le rapport montrait que des développements avaient effectivement été réalisés au cours des dernières années. «Plus de six femmes LGBT et personnes non binaires sur 10 sont ouvertes avec leurs associés au travail. Cela n’aurait pas été le cas il y a encore un an», a-t-elle déclaré.

Cependant, a ajouté Kosmin, de nombreux employeurs faisaient encore tout leur possible pour améliorer l’assistance au personnel lesbien et non binaire dans l’ensemble de leurs organisations, et les entreprises pouvaient mettre en œuvre de nombreux changements pour améliorer l’addition. Elle a déclaré que toutes les entreprises devaient avoir des politiques claires détaillant la manière dont les employés peuvent signaler en toute sécurité le harcèlement homophobe ou transphobe, et que le personnel devait recevoir une formation sur l’inclusion et la diversité.

« Soutenir le personnel de manière appropriée signifie comprendre réellement les préoccupations du personnel. sont confrontés et se consacrent à les combattre », a déclaré Kosmin. « Cela commence par écouter les employés et créer des domaines où ils se sentent à l’aise et soutenus; par exemple, un groupe de réseau. »

Melanie Green, consultante en études de recherche au CIPD, a déclaré que le rapport révélait que les entreprises avaient encore «une méthode à suivre» avant que les lieux de travail ne soient sûrs et inclusifs pour toutes les personnes LGBT. Elle a contacté des entreprises pour avoir une « technique de tolérance zéro » au harcèlement ou à l’intimidation contre les personnes LGBT, et a recommandé un soutien ciblé si nécessaire.

« Les spécialistes des personnes ont un rôle crucial à jouer dans l’audit des pratiques existantes de L’Entrepreneur , offrant des exemples clairs de comportements inappropriés, et préparant les supérieurs hiérarchiques à gérer les différends et à prendre conscience des préoccupations auxquelles les personnes LGBT sont confrontées dans l’environnement de travail « , a déclaré Green.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici