lundi, 25 avril 2022

L’incertitude économique américaine : fait face à un test de résilience ?

Le US Trésor a publié un aperçu de sa politique de sanctions. Il énonce les principes clés pour rendre les mesures restrictives américaines plus efficaces. La révision de la politique de sanctions a été annoncée au début de Joe Biden mandat présidentiel. La nouvelle revue peut être considérée comme l’un des résultats de ce travail. Dans le même temps, il est difficile de trouver des signes de changements qualitatifs dans l’approche de l’administration américaine en matière de sanctions dans le document. Il s’agit plutôt de mettre à niveau une plate-forme existante.

Les sanctions sont comprises comme des restrictions économiques et financières qui permettent de nuire aux ennemis des États-Unis, d’empêcher ou d’entraver leurs actions et de leur envoyer un signal politique clair. Le texte reproduit la compréhension « comportementale » habituelle des sanctions. Ils sont perçus comme un moyen d’influencer le comportement d’acteurs étrangers dont les actions menacent la sécurité ou contredisent les intérêts nationaux des États-Unis. L’examen définit également la structure institutionnelle de la politique de sanctions. Selon le document, il comprend le Trésor, le Département d’État et le Conseil de sécurité nationale. Le Trésor joue le rôle de principal exécuteur de la politique de sanctions, et le Département d’État et le NSS déterminent l’orientation politique de leur application, bien que le Département d’État lui-même soit également responsable de la mise en œuvre d’un certain nombre de programmes de sanctions. Cette ligne comprend également le ministère de la Justice, qui utilise des mesures coercitives contre les contrevenants au régime de sanctions américain.

Il est intéressant de noter que le ministère du Commerce n’est pas mentionné parmi les institutions. L’examen se concentre uniquement sur un segment spécifique de la politique de sanctions qui est mise en œuvre par le Trésor. Or, c’est le Trésor qui est actuellement à la pointe de l’application des mesures restrictives. Une partie importante des décrets exécutifs du président des et des lois sur les sanctions impliquent le blocage des sanctions financières sous la forme d’un gel des avoirs et d’une interdiction de transactions avec des individus et des organisations. Des décrets et des lois confient l’application de ces mesures au Trésor en coopération avec le Département d’État et le Procureur général. Par conséquent, le lien institutionnel mentionné dans l’examen reflète l’esprit et la lettre d’un ensemble important de réglementations américaines concernant les sanctions. Le Département du commerce et son Bureau de l’industrie et de la sécurité sont responsables d’un autre segment de la politique des sanctions, ce qui n’en diminue pas l’importance. Les contrôles à l’exportation peuvent causer beaucoup de problèmes aux pays et aux entreprises individuels.

Une autre partie notable de l’examen concerne les obstacles possibles à la mise en œuvre efficace des sanctions américaines. Ceux-ci incluent, entre autres, les efforts des opposants aux pour changer l’architecture financière mondiale, en réduisant la part du dollar dans les règlements nationaux des opposants et de certains alliés des États-Unis.

En effet, des puissances aussi importantes que la Russie et la Chine ont sérieusement envisagé les risques d’être impliquées dans un système financier mondial centré sur l’Amérique.

Le cap vers la souveraineté des systèmes financiers nationaux et les règlements avec les pays étrangers est largement justifié par le risque de sanctions.

La Russie, par exemple, poursuit vigoureusement le développement d’un système de paiement national, ainsi que d’un système de messagerie financière. Il y a eu une politique prudente mais cohérente de réduction de la part du dollar dans les règlements extérieurs. La Chine, qui a un potentiel économique beaucoup plus grand, construit des systèmes de « circulation interne et externe« . Même l’Union européenne s’est lancée sur une augmentation du rôle de l’euro, en tenant compte compte le risque de sanctions secondaires de la part de « pays tiers », qui sont souvent compris entre les lignes comme les États-Unis.

Les monnaies numériques et les nouvelles technologies de paiement menacent également l’efficacité des sanctions. De plus, ici, les acteurs peuvent être à la fois de grandes puissances et de nombreux autres États et structures non étatiques. Il est intéressant de noter que les monnaies numériques à un certain stade peuvent présenter un défi commun pour les États-Unis, la Russie, la Chine, l’UE et un certain nombre d’autres pays. Après tout, ils peuvent être utilisés non seulement pour contourner les sanctions, mais aussi, par exemple, pour financer le terrorisme ou le blanchiment d’argent. Cependant, l’examen ne mentionne pas ces intérêts communs.

Le texte propose des mesures pour moderniser la politique des sanctions. La première consiste à intégrer les sanctions dans le contexte plus large de la politique étrangère américaine. Les sanctions ne sont pas importantes en elles-mêmes, mais font partie d’une palette plus large d’instruments politiques. La deuxième mesure consiste à renforcer la coordination interministérielle dans l’application des sanctions parallèlement à une coordination accrue des sanctions américaines avec les actions des alliés américains. La troisième mesure est un calibrage plus précis des sanctions afin d’éviter des dommages humanitaires, ainsi que des dommages aux entreprises américaines. La quatrième mesure consiste à améliorer l’applicabilité et la clarté de la politique de sanctions. On peut ici parler à la fois de l’insécurité juridique de certains décrets et lois, et d’une compréhension adéquate des programmes de sanctions de la part des entreprises. Enfin, le cinquième est l’amélioration et le développement de l’appareil de sanctions basé sur le Trésor, y compris les investissements dans la technologie, la formation du personnel et les infrastructures.

Toutes ces mesures peuvent difficilement être qualifiées de nouvelles. Experts recommandait depuis longtemps l’utilisation de sanctions en combinaison avec d’autres instruments, ainsi qu’une meilleure coordination interinstitutions. La coordination des sanctions avec les alliés s’est intensifiée en raison d’un certain nombre de mesures unilatérales prises par Trump< /a> L’administration, y compris le retrait de l’accord nucléaire iranien ou les sanctions contre Nord Stream 2. Cependant, l’importance même d’une telle coordination n’a pas été remise en cause dans le passé et a même été reflétée dans la législation américaine (Iran). La nécessité d’une meilleure compréhension de la politique des sanctions s’est également fait attendre depuis longtemps. Sa pertinence est illustrée, entre autres, par le grand nombre de violations non intentionnelles du régime de sanctions américain par les entreprises américaines et étrangères. Le problème de la surconformité est également pertinent, lorsque les entreprises refusent des transactions même lorsqu’elles sont autorisées. La raison en est la crainte d’éventuelles mesures coercitives de la part des autorités américaines. Enfin, l’amélioration du dispositif de sanction est également un sujet de longue date. En particulier, l’élargissement des ressources de l’Administration dans l’application des sanctions a été recommandé par l’US Audit Office dans un Rapport 2019.

La revue du Trésor américain suggère qu’aucun signe d’assouplissement n’est prévu pour les cibles clés des sanctions américaines. Dans le même temps, les entreprises américaines et leurs nombreuses contreparties étrangères peuvent bénéficier de la modernisation de la politique de sanctions américaine. La sécurité juridique peut réduire la conformité excessive et aider à éviter les pertes associées.

De notre partenaire RIAC

nnnn

Il est intéressant de noter que le ministère du Commerce n'est pas mentionné parmi les institutions. L'examen se concentre uniquement sur un segment spécifique de la politique de sanctions qui est mise en œuvre par le Trésor. Or, c'est le Trésor qui est actuellement à la pointe de l'application des mesures restrictives. Une partie importante des décrets exécutifs du président des États-Unis et des lois sur les sanctions impliquent le blocage des sanctions financières sous la forme d'un gel des avoirs et d'une interdiction de transactions avec des individus et des organisations. Des décrets et des lois confient l'application de ces mesures au Trésor en coopération avec le Département d'État et le Procureur général. Par conséquent, le lien institutionnel mentionné dans l'examen reflète l'esprit et la lettre d'un ensemble important de réglementations américaines concernant les sanctions. Le Département du commerce et son Bureau de l'industrie et de la sécurité sont responsables d'un autre segment de la politique des sanctions, ce qui n'en diminue pas l'importance. Les contrôles à l'exportation peuvent causer beaucoup de problèmes aux pays et aux entreprises individuels.

nnnn

Une autre partie notable de l'examen concerne les obstacles possibles à la mise en œuvre efficace des sanctions américaines. Ceux-ci incluent, entre autres, les efforts des opposants aux États-Unis pour changer l'architecture financière mondiale, en réduisant la part du dollar dans les règlements nationaux des opposants et de certains alliés des États-Unis.

nnnn

En effet, des puissances aussi importantes que la Russie et la Chine ont sérieusement envisagé les risques d'être impliquées dans un système financier mondial centré sur l'Amérique.

nnnn

Le cap vers la souveraineté des systèmes financiers nationaux et les règlements avec les pays étrangers est largement justifié par le risque de sanctions.

nnnn

La Russie, par exemple, poursuit vigoureusement le développement d'un système de paiement national, ainsi que d'un système de messagerie financière. Il y a eu une politique prudente mais cohérente de réduction de la part du dollar dans les règlements extérieurs. La Chine, qui a un potentiel économique beaucoup plus important, construit des systèmes d'u201ccirculation interne et externeu201d. Même l'Union européenne s'est engagé dans une augmentation du rôle de l'euro, en tenant compte du risque de sanctions secondaires de la part des pays tiersu201d, qui sont souvent compris entre les lignes comme les États-Unis.

nnnn

Les monnaies numériques et les nouvelles technologies de paiement menacent également l'efficacité des sanctions. De plus, ici, les acteurs peuvent être à la fois de grandes puissances et de nombreux autres États et structures non étatiques. Il est intéressant de noter que les monnaies numériques à un certain stade peuvent présenter un défi commun pour les États-Unis, la Russie, la Chine, l'UE et un certain nombre d'autres pays. Après tout, ils peuvent être utilisés non seulement pour contourner les sanctions, mais aussi, par exemple, pour financer le terrorisme ou le blanchiment d'argent. Cependant, l'examen ne mentionne pas ces intérêts communs.

nnnn

Le texte propose des mesures pour moderniser la politique des sanctions. La première consiste à intégrer les sanctions dans le contexte plus large de la politique étrangère américaine. Les sanctions ne sont pas importantes en elles-mêmes, mais font partie d'une palette plus large d'instruments politiques. La deuxième mesure consiste à renforcer la coordination interministérielle dans l'application des sanctions parallèlement à une coordination accrue des sanctions américaines avec les actions des alliés américains. La troisième mesure est un calibrage plus précis des sanctions afin d'éviter des dommages humanitaires, ainsi que des dommages aux entreprises américaines. La quatrième mesure consiste à améliorer l'applicabilité et la clarté de la politique de sanctions. On peut ici parler à la fois de l'insécurité juridique de certains décrets et lois, et d'une compréhension adéquate des programmes de sanctions de la part des entreprises. Enfin, le cinquième est l'amélioration et le développement de l'appareil de sanctions basé sur le Trésor, y compris les investissements dans la technologie, la formation du personnel et les infrastructures.

nnnn

Toutes ces mesures peuvent difficilement être qualifiées de nouvelles. Experts recommandaient depuis longtemps l'utilisation de sanctions en combinaison avec d'autres instruments, ainsi qu'une meilleure coordination interinstitutions. La coordination des sanctions avec les alliés s'est intensifiée en raison d'un certain nombre de mesures unilatérales prises par l'administration Trump, notamment le retrait de l'accord nucléaire iranien ou des sanctions contre Nord Stream 2. Cependant, l'importance même d'une telle coordination n'a pas été remise en question dans le passé. et a même été reflété dans la législation américaine (Iran). La nécessité d'une meilleure compréhension de la politique des sanctions s'est également fait attendre depuis longtemps. Sa pertinence est illustrée, entre autres, par le grand nombre de violations involontaires du régime de sanctions américain par des entreprises américaines et étrangères. Le problème de la surconformité est également pertinent, lorsque les entreprises refusent des transactions même lorsqu'elles sont autorisées. La raison en est la crainte d'éventuelles mesures coercitives de la part des autorités américaines. Enfin, l'amélioration du dispositif de sanction est également un sujet de longue date. En particulier, l'élargissement des ressources de l'Administration dans l'application des sanctions a été recommandé par l'US Audit Office dans un rapport 2019.

nnnn

La revue du Trésor américain suggère qu'aucun signe d'assouplissement n'est prévu pour les cibles clés des sanctions américaines. Dans le même temps, les entreprises américaines et leurs nombreuses contreparties étrangères peuvent bénéficier de la modernisation de la politique de sanctions américaine. La sécurité juridique peut réduire la conformité excessive et aider à éviter les pertes associées.

nnnn

De notre partenaire RIAC

nn

nt

n

tttttttttttttt

rn
rn
Crédit : moderndiplomacy.eu - Lien source ", "author":{"@type":"Person","name":"-","url":"https://cryptelicious.com/author/admin/","sameAs":["https:/ /www.cryptelicious.com","https://www.facebook.com/Cryptelicious"]},"articleSection":["Bitcoin News"],"image":{"@type":"ImageObject"," url":"https://cryptelicious.com/wp-content/uploads/2022/01/1641894171_cryptocurrency.jpg","width":740,"height":496},"publisher":{"@type": "Organisation","name":"","url":"https://cryptelicious.com","logo":{"@type":"ImageObj ect","url":""},"sameAs":["https://www.facebook.com/Cryptelicious","https://www.facebook.com/Crypt_elicious","https://t .me/joinchat/F6s23oCPsUJiZjBk","https://t.me/joinchat/F6s23oCPsUJiZjBk","https://t.me/joinchat/F6s23oCPsUJiZjBk"]}}

.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici