mercredi, 7 décembre 2022

Goldman Sachs Asset Management écope d’une amende de 4 millions de dollars de la part de la SEC pour violation de l’ESG

Le régulateur financier américain a inculpé Goldman Sachs Possession Management (GSAM) pour plusieurs défaillances liées à deux fonds partagés (le Goldman Sachs International Equity ESG Fund et le Goldman Sachs Emerging Markets Equity Fund) et un autre compte géré de manière indépendante ( SMA) (la technique US Equity ESG), commercialisée en tant qu’investissements financiers ESG.

GSAM a accepté une charge de 4 millions de dollars sans admettre ni nier les conclusions de la SEC.

En ce qui concerne la United States Equity ESG Technique, la SEC a souligné que GSAM n’avait pas adopté de politiques et de traitements écrits régissant la manière dont elle évaluait les aspects ESG dans le cadre de sa procédure d’investissement jusqu’à « une longue temps » après la présentation de la technique – tandis que pour les trois produits, une fois que la société a finalement adopté des politiques écrites en juin 2018, elle a cessé de fonctionner pour les suivre régulièrement jusqu’en février 2020. Le régulateur a ouvert un examen civil sur les pratiques de fonds ESG de GSAM en juin de cette année, à la suite des propositions du régulateur concernant de nouvelles règles de divulgation ESG plus strictes pour les gestionnaires de fonds. SEC dans une déclaration l’autre jour. « Quand ils le font, ils doivent établir des politiques et des procédures raisonnables régissant la manière dont les éléments ESG seront évalués dans le cadre du processus d’investissement, puis suivre ces politiques et procédures, pour éviter de fournir aux financiers des informations sur ces produits qui diffèrent de leurs pratiques. . » Dans un communiqué, GSAM a déclaré : « Goldman Sachs Possession Management se consacre à la poursuite des meilleures pratiques dans l’ensemble de ses portefeuilles pour une création de valeur durable et durable qui aide ses clients à satisfaire leurs besoins d’investissement. »

La relocalisation vient au milieu d’une répression plus large contre le « blanchiment vert » – des deux côtés de l’étang. En mai, la SEC a infligé une amende de 1,5 million de dollars à BNY Mellon Financial Investment Consultant pour « inexactitudes et omissions » dans sa politique ESG. La FCA du Royaume-Uni a également rencontré des superviseurs de propriété concernant les concepts ESG, publiant une évaluation multi-entreprises des qualifications ESG des fonds qui pourraient conduire à des amendes ou des restrictions pour « greenwashing », avec des résultats initiaux attendus au tout premier trimestre de l’année prochaine. Les amendes récentes et l’activité réglementaire en cours pourraient être centrées sur l’étiquetage et la divulgation, mais elles mettent en évidence un problème persistant important concernant les préoccupations ESG pour les superviseurs immobiliers – le coût, à la fois en termes de conformité réglementaire et, plus précisément, de données.

L’autre jour, lors d’un panel au Best Execution and Trading Summit Europe, un intervenant a averti que « l’effet à plus long terme de Mifid II pourrait bien se faire sentir sur le marché ESG ». Il a mentionné que les concepteurs de Mifid II n’avaient pas réalisé la pleine capacité (importance à la fois de la taille et du coût) du marché ESG lorsqu’ils ont créé la structure, ce qui signifie que les entreprises ont dû consacrer des dépenses à leur recherche via leur P&L, qui comprend ESG étude de recherche – et ces coûts s’installent massivement, car ils ne sont pas en mesure de les répercuter sur les propriétaires fonciers. « La neutralité carbone d’ici 2050 dépend entièrement des revenus des gestionnaires d’actifs », a-t-il averti. « Mais nous rééquilibrons tous les trimestres – et apparemment, pour y parvenir, nous devons être en mesure d’anticiper les rééquilibrages trimestriels trente ans à l’avance. Tant qu’il n’y a pas de volatilité d’ici là, ça doit aller ! De manière réaliste, à moins que nous ne résolvions ce problème de financement, qui est complètement enraciné dans Mifid II, il y aura un problème important pour atteindre ces objectifs – à moins que les contrôleurs immobiliers européens ne choisissent de devenir des organismes à but non lucratif. »

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici